"A force de ne pas parler des choses, par élégance, on ne dit rien, et on l'a dans le cul !"

Louis Ferdinand Céline

dimanche 17 septembre 2017

Bihorel, l'abandon du patrimoine historique



Cette année encore à Bihorel aucune animation lors des journées du patrimoine qui se déroulent ce weekend. Une preuve supplémentaire que la municipalité se fiche comme d'une guigne du patrimoine historique de notre commune. Pire, lorsqu'il n'est pas détruit par la volonté d'un maire constructiviste, il est laissé à l'abandon.
C'est le cas de notre église où la végétation s'installe en façade, détériorant ainsi les joints de l'édifice. Le maire a pour viatique l’embellissement de la place et justifie ainsi le remplacement de vieilles demeures par des cubes en béton sans inspiration. Et bien, mes chers Compatriotes qu'il commence donc par s'occuper de Notre Dame des Anges et prenne exemple sur l'église Saint Sever récemment restaurée. Les deux bâtisses sont construites avec les mêmes matériaux (briques et pierres). L'une est aussi resplendissante grâce à ces pierres blanches et ses briques d'un rouge profond que l'autre est morne avec sa façade en décrépitude et son intérieur aux murs crasseux. Le maire a également décidé de réduire le chauffage l'hiver dans l'église "puisque c'est juste pour le confort des fidèles et que cela ne remet pas en cause leur sécurité". Oublierait-il qu'un bâtiment de cette ampleur peu ou pas chauffé est condamné à se détériorer par l'humidité qui va s'y concentrer.
Bien évidemment à la mairie, on va encore jouer les pleureuses et prétexter qu'il n'y a plus d'argent. C'est une question de volonté, des dossiers de subventions montés et présentés aux département, région et à l'état aboutiront. Par ailleurs, le clocher transformé en relais télécoms doit rapporter de la part des différents opérateurs quelques subsides à l'année. Madame la première Dauphine, jamais avare d'une génuflexion, devrait insister auprès du maire pour que ces fonds soient dédiés à l'entretien et la restauration de notre église. 
En 2018, nous fêterons le 150ème anniversaire de la consécration de Notre Dame des Anges. Le maire serait bien inspiré de se saisir du dossier, après tout 2020 et ses élections municipales sera tout proche...
CD










jeudi 14 septembre 2017

Un arroseur arrosé

cliquer pour agrandir

Publié par la presse locale en plein mois d'aout, voilà un article sur Bihorel qu'il ne fallait absolument pas manquer. Nous sommes en présence d'une véritable perle. De l'avenir urbanistique de Bihorel à la fourberie et au cynisme du maire en passant par un arroseur arrosé, sans oublier une présentation de la situation quelque peu tronquée par le journaliste, tout y est.

La photographie est elle même éloquente. Voici à quoi mène le PLU voulu par notre maire très "constructif" pour reprendre un terme à la mode. Une bâtisse de 15 mètres de haut, 43 logements avec vue sur votre jardin, votre cuisine, votre salon, votre chambre à coucher...Mais tout cela en respectant "les règles de notre (enfin du sien. ndlr) plan local d'urbanisme" indique notre petit marquis.

Et pourtant, mes chers Compatriotes, nous n'avons encore rien vu car tout laisse à penser que le PLU actuel bihorellais n'est que de la petite bière comparé au PLUI que nous mitonnent (sans aucune concertation avec la population) ceux qui savent pour nous, ces élus à qui les habitants de la métropole sont sensés faire "confiance", ces élites surtout préoccupées par leurs carrières, ces goinfres jamais assez repus sur le dos de la bête. Lorsque l'on sait que notre bon maitre bihorellais participe à l'élaboration de ce plan local d'urbanisme intercommunal, on peut s'attendre à tout et surtout au pire.

On aurait presque envie de s'apitoyer sur le triste sort de ce Bihorellais qui voit sa belle maison bientôt encerclée de projets immobiliers avec vue sur sa salle de bains. Oui, c'est vrai mes chers Compatriotes, nous pourrions nous montrer solidaires, après tout votre maison comme (surtout) la mienne peuvent subir demain le même sort.
Seulement voilà, Christophe Ménard n'est pas un Bihorellais lambda. Christophe Ménard est conseiller municipal de Bihorel, élu en mars 2014 sur la liste de Pascal Houbron, ce que le journaliste se garde bien d'indiquer. Certes, il n'assiste plus au conseil municipal depuis un bon moment, furieux sans doute que le maire lui ait fait, si je puis dire, un petit dans le dos en signant le permis de construire sans l'avoir prévenu avant de ce qui se tramait. Peut-être un règlement de compte en souvenir du bon vieux temps de la liste Buisson?

Moi qui fus considéré comme un dangereux activiste à l'époque de l'adoption du PLU bihorellais, Christophe Ménard, je n'ai aucun souvenir de l'avoir vu ou entendu dénoncer de quelque manière que ce fut ce PLU de maçon voulu par le seul Houbron et voté contre l'avis rendu par l'enquêteur public.
Bien au contraire, en bon disciple de Maurice Buisson, notre arroseur arrosé trouva si négatif le bilan du maire qu'il se précipita en 2014 pour figurer en bonne place sur la liste "Bien chez nous ensemble à Bihorel" et de figurer parmi les "heureux" élus un soir de premier tour en mars 2014.
Je ne peux pas croire qu'il eut la naïveté de ceux à qui j'expliquais les dangers du PLU et qui me répondaient avec un rire de benêt "han, où qu'y peuvent construire, y a plus de terrain à Bihorel". Quoique...

Toujours est-il, qu'aujourd'hui le nez dedans, notre Bihorellais anti-PLU de la 25ème heure découvre sur le tard que "ce qui faisait le charme de Bihorel tend à disparaitre". Comme sur la place de l'église ou près du centre Gascard.  Là encore, nous n'avons guère entendu le sieur Ménard s'élever contre ces disparitions. Et le voilà qui en appelle aux habitants "pour l'aider à sauver nos maisons", enfin surtout la sienne car celles des autres Bihorellais, il n'en a jamais fait grand cas. 

Voyez-vous, mes chers Compatriotes, il aurait pu recueillir de ma part le début d'un commencement de sympathie, s'il avait pris la tête d'une grande croisade anti-PLUI en créant un mouvement organisé qui aurait exigé que les Bihorellais soient associés à l'élaboration des nouvelles règles d'urbanisme afin que non seulement ce qui fait le charme de Bihorel ne disparut point mais aussi et surtout que le cadre de vie de tous les Bihorellais fut préservé. Mais nous en sommes bien loin, son champ de vision ne dépassant pas son pré carré. Sans doute le reflet de l'individualisme de notre époque.

Alors, à celui qui trouvait hier qu'on était "Bien ensemble chez nous à Bihorel" on a envie de  répondre aujourd'hui "Prends l'oseille des promoteurs et tire-toi !". 

CD


ps: autre dossier, j'ai eu début aout un certain nombre d'échanges avec notre bon maitre sur son compte twitter, suite à l’inefficacité de l’arrêté préfectoral concernant la limitation de la circulation des poids lourds sur Bihorel. Je lui ai suggéré l'installation  d'un portique rotatif rue de la Prevotière qui limiterait par la hauteur aux jours et aux heures voulus le type de véhicule empruntant cette voie. L'élu qui a trouvé la proposition intéressante et constructive devait la soumettre à la préfecture. Relancé hier sur son compte twitter, je n'ai obtenu pour l'heure aucune réponse concernant l'avancement de ma proposition. Affaire à suivre...







mercredi 13 septembre 2017

J.O Paris 2024 à Bihorel



Jeux Olympiques de Paris 2024, Bihorel avec la piscine Transat rate l'attribution des épreuves de natation mais garde toutes ses chances pour celles des pâtés et châteaux de sable.
CD




 

vendredi 8 septembre 2017

rentrée


Voilà mes chers Compatriotes, vous avez replié vos serviettes de plage, remisé vos chaussures de randonnée, raccroché vos cyclos. Chacun a retrouvé, qui son bureau, son atelier, son école, sa boutique, sa petite auto, son vélo-bobo. Après un été ponctué par des attentats déjà oubliés (Barcelone ? La routine...), c'est reparti pour un tour de manège. 
Heureux, vous êtes mes chers Compatriotes, d'avoir retrouvé votre supermarché et de découvrir vos nouvelles émissions de divertissement sans oublier le plaisir toujours renouvelé de confier votre avenir à ces politiques qui du maire jusqu'au président n'agissent que dans votre intérêt. La France va se "moderniser" à coups d'ordonnances et de Coran, la planète à coups de bombe H et Bihorel à coups de bulldozer. Alors, elle est pas belle, la rentrée?

Au début des années 70, le journal anarcho-écolo "la gueule ouverte" de la sphère Charlie Hebdo/Hara-Kiri titrait "les esclaves sont encore rentrés cette année!". Un demi-siécle plus tard, rien n'a vraiment changé sauf peut-être le fait que cela n'étonne plus les patrons et j'ajouterai, ni les politiques.

CD






jeudi 3 août 2017

Ces camions que l'arrêté n'arrêtent pas...


Est-il vraiment nécessaire de commenter ? Il me semble avoir été clairvoyant dans mon billet du 19 juillet dernier lorsque je trouvais prématuré le triomphalisme des freluquistes.
Coté plateau des Provinces, en attendant de pouvoir dormir, on espère le prochain retour de vacances du maire enveloppé dans un gilet fluo et qui les bras en croix, fera obstacle de son corps à la noria de camions qui se fichent comme d'une guigne de l’arrêté préfectoral.
Bon, cela étant, personne n'est dupe et tout se passe comme prévu. Affichage et gesticulation sont les bonnes vieilles méthodes utilisées pour se disculper auprès d'une population.   

CD