"A force de ne pas parler des choses, par élégance, on ne dit rien, et on l'a dans le cul !"

Louis Ferdinand Céline

vendredi 13 octobre 2017

Z&N



A la lecture de cette vidéo, on comprendra aisément pourquoi Paris première est une chaine qui reste en crypté sur décision du CSA, la caste bien-pensante qui nous dirige n'ayant nullement l'envie que les analyses de Zemmour et Naulleau puissent en quoi que ce soit éclairer les Français.
Enfin, petit plaisir personnel : que c'est bon de voir Patrick Cohen se faire disperser façon puzzle par Eric Zemmour !
CD





jeudi 12 octobre 2017

Danièle Obono compare la Manif pour tous aux islamistes… pourquoi se gêner ?





Par Gabrielle Cluzel/Boulevard Voltaire/09/10/2017
 
Sur les grands médias « gommettes vertes », ayant passé haut la main le contrôle qualité Décodex, on ne disserte, comme chacun sait, que de façon nuancée et étayée, tout y est hautement fiable.

Ainsi, la députée Danièle Obono, sur France Info, a-t-elle pu, avec le plus grand sérieux, établir un parallèle entre le terrorisme islamique et… la Manif pour tous. Toujours plus loin, toujours plus fort : « Est-ce qu’il y a des personnes qui, au nom de leur religion, ont une idéologie réactionnaire et discriminante ? Oui ! De toutes les religions. Je vous rappelle qu’il y a quatre ans, il y a eu des dizaines de milliers de personnes qui sont descendues dans la rue au nom de leur religion (ah bon ?) pour s’opposer à une loi qui finalement a été votée » (c’est interdit ?). Et de poursuivre avec assurance : « Oui, il y a donc des personnes qui utilisent leur religion comme justification de leur comportement […] et qui justifient les actes d’autres personnes pour commettre des actes terroristes. » La journaliste de France Info lève un sourcil perplexe, émet une molle objection : « Ce n’est quand même pas du terrorisme. » Merci, vraiment, pour le gentil « quand même » qui ira droit au coeur desdits manifestants.

Personne, sur le plateau, pas un seul de ces distingués journalistes décorés de l’ordre de la pastille verte, de ces grands officiers du Décodex, n’a osé demander à Danièle Obono de citer l’ombre du début du commencement d’un acte terroriste inspiré de près ou de loin – même de très, très loin – par LMPT.

Pour minimiser l’horreur absolue, excuser l’inexcusable, il faut bien dire qu’à gauche, on commence à ramer…on donne d’un côté de la pagaie relativisme, de l’autre de la pagaie sophisme. En rythme, et on recommence. « Tous les chats sont mortels. Socrate est mortel. Donc Socrate est un chat » , expliquait doctement le Logicien dans Le Rhinocéros de Ionesco. Tous les islamistes sont monothéistes. Le christianisme est monothéiste. Donc le christianisme est islamiste. Saperlipopette, c’est clair comme de l’eau de roche.
 
Et l’on peut décliner les variantes à l’infini : les terroristes sont croyants. Les catholiques sont croyants. Les catholiques sont donc des terroristes. J’ai bon, Danièle ? C’était déjà, du reste, peu ou prou la démonstration développée lors de son intervention à la tribune de l’Assemblée le 27 septembre dernier. 

C’est, d’ailleurs aussi, en filigrane, la philosophie générale de toute la rhétorique « laïcité ». « Religion au travail : comment les entreprises font face », titrait Le Parisien, il y a quelques jours. « Deux managers sur trois sont confrontés au fait religieux dans leur entreprise », pouvait-on lire… avant quelques exemples : « C’est le refus de travailler sous les ordres d’une femme, d’accomplir une tâche à l’heure de la prière ou pendant le ramadan. » Il ne s’agit donc que d’une seule religion. Mais ce sont toutes les autres que l’on fourre dans le même sac : l’islam pose des problèmes au travail. L’islam est une religion. Toutes les religions posent donc des problèmes au travail.

C’était encore le point de vue, il y a quelques jours dans Libération, de Nicolas Mariot, qui avait comparé la radicalisation islamique façon Merah à la radicalisation patriotique des poilus. L’historien, face à la vague d’indignation, a présenté ses excuses à ceux qu’il avait pu choquer – c’est assez rare et méritoire pour le signaler -, mais l’idée était là.

C’était, enfin, l’angle de Sonia Nour, collaboratrice à la mairie de La Courneuve, renvoyant, à propos de la gare Saint-Charles, le « martyr (sic) [qui] égorge une femme et poignarde une autre » au « terrorisme patriarcal [qui] nous tue tous les deux jours ». Le terroriste islamiste, en somme, n’est pas plus criminel que le Français moyen, et Socrate fait miaou quand on lui gratte le cou.

C’est moi, ou ce pays devient doucettement un asile de fous ?

Gabrielle Cluzel 




mardi 10 octobre 2017


« Je voulais seulement vous dire adieu, c'est tout. Je n'ai rien d'autre à dire. » 

Le commandant du Jauréguiberry incarné par Jean Rochefort dans le Crabe-tambour de Pierre Schoendoerffer (1977)





samedi 7 octobre 2017

Samedi soir de deuil

Pas de musique ce soir, pas de littérature légère non plus. Une semaine après l'assassinat de Laura Paumier et Mauranne Harel,  deux très jeunes femmes, cousines de 20 et 21 ans, commis par une racaille mahométane , ça ne passe pas.
Trente ans de démission, de complaisance et de collaboration avec l'ennemi intérieur de la part de la classe politique qui nous a gouverné pendant toutes ces années, droite fantoche et gauche gonflée à la moraline confondues, de médias muets sans oublier les aveugles et lâches "droit de l'hommistes". 
Pire, aujourd'hui la cinquième colonne est présente partout et œuvre depuis nos rues jusqu'à l'assemblée nationale !

Écœurement devant un pouvoir absent aux obsèques des deux victimes du Coran, dimanche dernier gare Saint Charles à Marseille. Pas de président de la république, pas de premier ministre ni de ministre du tout d'ailleurs, personne. Pas de minute de silence nationale. Elles ne s'appelaient pas "Théo", ne trafiquaient pas de la drogue, mais étaient blanches et catholiques. 

Non, rien, absolument rien ! Il ne faut pas "stigmatiser". La dhimmitude a  colonisé les esprits. En France, en 2017, aux cris de "Allah Akbar", on égorge et on éventre des jeunes femmes et une grande partie de la société va son chemin en baissant les yeux, quant elle ne va pas jusqu'à trouver des excuses à l'assassin et même en faire une victime !

Encore quelques attentats, mes chers Compatriotes et l'habitude venant, les assassinats coraniques feront l'objet d'une brève dans les médias...

Ce soir, on ne parle plus ni de Laura ni de Mauranne, oubliées déjà, mais de Bulgarie- France et de la "nuit blanche" gadget des bobos islamos-gauchistes parisiens.

Vous êtes déjà soumis. Bande de lâches !  
CD





mardi 3 octobre 2017

Marseille Saint Charles


" C’est horrible, le racisme : des types vous attaquent au couteau en criant "Allah ouakbar" et que pense aussitôt le raciste ?   Islam. "
Renaud Camus 





dimanche 1 octobre 2017

L'âme du vin



Une pièce de bœuf ramenée de l'Aubrac, une sauce à base d'un fromage de l'Aveyron et un vin qui magnifie le tout.
Alors, en ce début d'automne, vous reviennent en mémoire ces quelques vers de Charles Baudelaire

L'âme du vin

Un soir, l'âme du vin chantait dans les bouteilles :
" Homme, vers toi je pousse, ô cher déshérité,
Sous ma prison de verre et mes cires vermeilles,
Un chant plein de lumière et de fraternité !

Je sais combien il faut, sur la colline en flamme,
De peine, de sueur et de soleil cuisant
Pour engendrer ma vie et pour me donner l'âme ;
Mais je ne serai point ingrat ni malfaisant,

Car j'éprouve une joie immense quand je tombe
Dans le gosier d'un homme usé par ses travaux,
Et sa chaude poitrine est une douce tombe
Où je me plais bien mieux que dans mes froids caveaux.

Entends-tu retentir les refrains des dimanches
Et l'espoir qui gazouille en mon sein palpitant ?
Les coudes sur la table et retroussant tes manches,
Tu me glorifieras et tu seras content ;

J'allumerai les yeux de ta femme ravie ;
A ton fils je rendrai sa force et ses couleurs
Et serai pour ce frêle athlète de la vie
L'huile qui raffermit les muscles des lutteurs.

En toi je tomberai, végétale ambroisie,
Grain précieux jeté par l'éternel Semeur,
Pour que de notre amour naisse la poésie
Qui jaillira vers Dieu comme une rare fleur ! "

Charles Baudelaire / Les Fleurs du Mal 1857




samedi 30 septembre 2017

Samedi soir



"Je lui fais le cerveau magique, la toupie auvergnate, le tourbillon bulgare, la trompette bouchée, le caméléon-gobeur, le lave-glace à pédale, l'appareil à cacheter les enveloppes, la moulinette rouillée, le grand huit, le grand six, le grand 9, le grand Condé, la petite souris chercheuse, la langue de belle-mère, le coup de l'étrier, la boîte à celle, la selle de course, la course à pied, le pied à terre, la flamme sacrée, le trohu-ducavu maltais, la bougie-qui-se-dévisse, la feuille de vigne à trou, le défilé de la victoire, le prépuce à l'oreille, la main de masseur, l'amant de ma sœur, la sœur de maman, le monte-charge en panne, le passe-partouze diabolique, le tiroir secret, le subjonctif à ressort, le buvard en bois, le conte de Pet-Rot, le lancier du Bengale, le gondolier manchot, le pétomane aphone (in petto man à phone) et la croisière suprême.
    Cette gosse est douée."

San-Antonio, San-Antonio chez les Macs, Fleuve Noir, 1969

ps: fut un temps où la rentrée littéraire était moins ennuyeuse...





vendredi 29 septembre 2017

l'Afrique, 4 milliards d'habitants en 2100



Vous vous êtes trouvé, comme toujours, de bonnes raisons philosophiques à votre incurie congénitale. Vous êtes un homme intelligent. Ce pays regorge d'hommes intelligents. Vous saviez tout cela, pourtant !
Votre topo est parfait ! Famines, guerres, inondations, épidémies, démographie galopante, superstition, puissance des mythes, poids du nombre, tout y est. Pas besoin d'ordinateur pour prévoir l'avenir […]. Toutes ces vagues si bien décrites, vous les avez vues arriver! Et qu'avez-vous fait?

Rien.

Jean Raspail