"A force de ne pas parler des choses, par élégance, on ne dit rien, et on l'a dans le cul !"

Louis Ferdinand Céline

samedi 13 janvier 2018

Louis-Ferdinand






"Le malheur en tout ceci, c’est qu’il n’y a pas de peuple, au sens touchant où vous l’entendez, il n’y a que des exploiteurs et des exploités, et chaque exploité ne demande qu’à devenir exploiteur. Le prolétariat héroïque, égalitaire, n’existe pas. C’est un songe-creux, une faribole, d’où l’inutilité, la niaiserie écœurante de toutes ces imageries imbéciles, le prolétaire en cotte bleue, le héros de demain et le méchant capitaliste repu à chaîne d’or. Ils sont aussi fumiers l’un que l’autre. Le prolétaire est un bourgeois qui n’a pas réussi. Rien de plus, rien de moins."


Louis-Ferdinand Céline, Lettre à Élie Faure de juillet 1935.




jeudi 11 janvier 2018

Epoque





“Nous entrons dans un monde de coupeurs de couilles déguisés en libérateurs.”

Philippe Muray, Essais





lundi 1 janvier 2018

2018




Sur cette photo prise par la sonde Cassini depuis les anneaux de Saturne, le tout petit point blanc que souligne la flèche, c'est notre planète Terre. Cela relativise pas de mal de choses, n'est-ce pas ?

Belle année 2018 à vous, mes chers Compatriotes.

Constantin




dimanche 31 décembre 2017

Verres 2018



Ce soir, oubliez le mot "sobriété" mais portez à vos lèvres chaque verre avec élégance jusqu'à l'ivresse et gardez-vous de l'ivrognerie. 
Pour moi, ce sera Champagne millésimé de chez Hatton suivi par les Monts Damnés 2005 de François Cotat avant un Vieux Télégraphe 1990 puis changement d'année en compagnie d'un Tesseron Lot N°76. 
Il sera alors temps d'aller dormir, car un Meursault Les Perrières 1999 et une Vosne Romanée Les Petits Monts 1996, nous attendent demain midi. Mes chers Compatriotes, ne sommes-nous pas entre gens de bonne compagnie ?

Je vous souhaite un bon passage vers 2018.

Constantin






Ils nous ont quittés en 2017



Heureusement, il nous reste Jamel Debbouze, Omar Sy, Danièle Obono, Houria Bouteldja ...





samedi 30 décembre 2017

Samedi soir




Une chanson très "macronnième" pour clore cette année 2017, cela va de soi !

Et oui, mes chers Compatriotes, les médias et leurs régiments de cire-pompes voudraient bien nous faire reprendre en chœur ce "tout va très bien Madame la Marquise" depuis l'élection de mai, sorte d'ode à votre bon Président, mais comme le dit la chanson, "il faut bien que l'on vous dise, que l'on déplore un tout petit rien".
Dette de la France en constante augmentation, chômage de masse, crise culturelle et identitaire, immigration, islamisation du pays, grand remplacement. Oui des tout petits riens...
Certes, l'artiste est doué, bon ventriloque du Cnpf, des banques et de la commission européenne, mais il n'est pas de tube dont on ne finit par se lasser.  

CD




dimanche 24 décembre 2017

«Noël, une nuit si particulière»



par l'abbé Pierre-Hervé Grosjean



Cette nuit est particulière, si riche en contrastes. Ténèbres et lumière cohabitent, semblent même s'affronter!
Ténèbres de la violence d'abord. Ce soir encore, partout dans le monde, tant d'innocents sont victimes de la folie des hommes. Ici même, les soldats en armes devant nos églises nous rappellent que nous sommes en guerre. Qui l'aurait imaginé il y a à peine dix ans? Comment ne pas nous sentir plus proches des chrétiens persécutés qui, cette nuit encore, risquent vraiment leur vie ou leur liberté pour pratiquer leur Foi, en Orient ou ailleurs?
Le poids du deuil se fait également lourd car nos défunts nous manquent. Leur place vide sur le banc de l'église, à la table de fête, ravive en nous la douleur de la séparation. L'ombre de la maladie en inquiète beaucoup, sans oublier ceux qui - sur leur lit d'hôpital ou dans la rue - trouvent cette nuit si longue!
Les ténèbres ne sont pas qu'extérieures. Beaucoup connaissent l'épreuve du doute, les blessures de l'amour, la solitude ou les espoirs déçus, les soucis du travail, la précarité ou l'inquiétude pour l'avenir, les pardons si difficiles à donner, le dialogue compliqué à renouer, le temps qui manque pour l'essentiel, la fatigue ou la culpabilité, les séparations qu'on aurait voulu éviter, les conflits en famille… Nos cœurs sont partagés et inquiets, même si cette nuit nous essayons de le cacher.
 
Et pourtant… ( la suite ICI )