"A force de ne pas parler des choses, par élégance, on ne dit rien, et on l'a dans le cul !"

Louis Ferdinand Céline

vendredi 30 octobre 2009

Français par Debussy

« Jouer du piano, quelle horreur ! Jouer au piano ! ». Samson François

jeudi 29 octobre 2009

Jérusalem, Athènes, Rome.


« C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France. Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne ». Charles de Gaulle
Rien à ajouter, rien à retirer. Pas besoin d’un long débat sur l’identité nationale. Le Général l’a parfaitement définie.

jeudi 22 octobre 2009

La MAUVAISE Gestion qui est la MIENNE

Mes Chers Compatriotes,
Il ne manque pas de toupet le freluquet dans le Bihorel MAG que nous venons de recevoir ! « Dans le cadre de la bonne gestion qui est la nôtre » nous déclare-t-il dès l’introduction de son édito.
Bonne gestion ? Une fois de plus, Pascal Houbron se paie notre tête.

En pied de page, vous trouverez l'analyse financière des comptes de la commune (chiffres officiels) que Jean Claude RAVENEL présenta à charge contre la gestion de Pascal HOUBRON lors du dernier conseil municipal (voir sur ce blog http://constantindragases.blogspot.com/2009/10/majorite-municipale-uvre-contemporaine.html).
Ce tableau fait ressortir plusieurs éléments importants:
- le produit des impôts locaux a augmenté de + 3,4% en 2009 par rapport à 2008.
- les charges de personnels de la commune augmentent de + 6,0% en 2009 par rapport à 2008.
- les dépenses courantes (fonctionnement) totales, augmentent elles de + 9,4% en 2009 par rapport à 2008.

Force est de constater:
1) que dans son budget de fonctionnement, la municipalité dirigée par Pascal HOUBRON ne connaît ni la crise ni l’austérité. Les impôts et les dépenses augmentent.
2) que la capacité d’autofinancement de la commune devient nulle.
3) que pour ses dépenses de fonctionnement, la commune dépense plus que ce qu’elle perçoit. Elle produit de l’endettement et la vente des bijoux de famille (maisons, terrains communaux, bâtiments communaux) ne sert qu’à couvrir l’explosion (+ 9,4% en un an) des frais de fonctionnement.

Le mensonge érigé en système, telle est la ligne de conduite suivie par Pascal HOUBRON, tant pour la gestion de notre commune que pour le PLU.
Vraisemblablement dans l’introduction de l’édito de Pascal HOUBRON du Bihorel MAG d’octobre 2009, il y a une « coquille » d’imprimeur. Notre Maire à tous avait sans aucun doute écrit :
« Dans le cadre de la mauvaise gestion qui est la mienne ».

C.D
ps: confirmation par le maire dans Bihorel MAG de la construction d'une salle "polyvalente d'animations" sur les terrains attenants à l'hippodrome. Sans doute parking des voitures sur la piste ou les terrains de foot. Pour les chevaux on passera du trot à la course d'obstacles ou pour les enfants au football sur bitume.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

mardi 13 octobre 2009

Chambre d'enregistrement

Majorité Municipale (œuvre contemporaine)
Mes Chers Compatriotes,
Voila plus de deux semaines que je cherche comment vous parler du dernier conseil municipal sans en faire une farce. En cette soirée du 28 septembre 2009, l’ordre du jour est intéressant : adhésion à la communauté d’agglo, vente d’un terrain municipal à une entreprise, vente d’une maison appartenant à la ville, correctif budgétaire, bref, peut être pas du « lourd » comme le PLU ou la fusion mais des sujets d’importance. Les bihorellais brillent de nouveau par leur absence, nous sommes une douzaine, quinze tout au plus.

Mais ce n’est pas à un conseil municipal que j’eus l’impression d’assister mais à la séance d’une chambre d’enregistrement. Certes les opposants s’opposèrent, platement pour les uns avec brio pour un autre. Mais devant une telle parodie de démocratie les mots manquent pour relater ce conseil. Comment être sérieux pour vous parler de la majorité municipale sans évoquer son indigence intellectuelle, de ceux qui dans leur tête font des cocottes en papier en attendant que cela se passe, de ceux qui visiblement n’y comprennent rien, de ceux qui trop niais, disent oui à tout ce que le freluquet propose ou encore des fausses blondes qui nicassent avec leur voisin tout au long du conseil. Les élus de la majorité qui prennent la parole d’un conseil à l’autre, sont à peu près toujours les mêmes au point qu’après plusieurs séances on est sûr de leur incompétence. Oui c’est bien l’amateurisme qui semble être la valeur commune de la majorité municipale au conseil. Ainsi, lorsqu’il s’agit de vendre un terrain (6.000m2) et de vérifier sa surface et sa répartition parcellaire, il faut vingt bonnes minutes au secrétaire de mairie pour retrouver le cadastre et tenter de sortir les fesses des orties du conseiller de la majorité où JC Ravenel les y avaient précipitées. Pour résumer, Houbron est en train de vendre une parcelle d’environ 6.000m2 qui sur le cadastre en fait 8.000 mais bon, on va procéder à la division bientôt et hop qui est contre ? Qui s’abstient? Adopté, on passe au sujet suivant.
Maurice Buisson était là, on s’en est à peine aperçu. Mains dans les poches ,on sentait qu’il avait bossé ses dossiers. Il est intervenu sur la vente d’une maison appartenant à la commune, discutant le prix (pas assez cher, estimait-il) et lorsque machin de la majorité (de ma place je ne voyais pas son visage) lui a répondu, Maurice a dit « pas sûr ». Imparable comme argument ! Je vous l’ai dit : il avait bossé ses dossiers. Enfin peu importe : qui est contre ? Qui s’abstient? Adopté, on passe au sujet suivant.

J’ai trouvé les socialistes fatalistes voire désabusés. Benoît Pétel a défendu l’adhésion de Bihorel à la communauté d’agglo, émis quelques réserves à la marge mais pas trop. Don Fabius et Pancho Sanchez n’auraient pas été contents. Guillaume Avisse en tombant dans le panneau tendu par le maire (celui ci ne tenant pas à s’étendre sur le prix du terrain, fît diversion en évoquant la construction d’une nouvelle salle de spectacle à Bihorel) a bien involontairement fait tomber l’info de la soirée : Pascal Houbron a l’intention de construire une nouvelle salle de spectacle sur les terrains attenants à l’Hippodrome. Pas besoin de savoir lire dans le marc de café pour deviner où l’on construira les parkings de cette salle.
Jean Claude Ravenel était remonté comme une pendule et a fait passer une mauvaise soirée à la majorité et aux socialistes.
Concernant l’adhésion à la communauté d’agglo, JC Ravenel a insisté sur deux points :
- l’absence de garantie en ce qui concerne le droit du sol (maitrise du PLU par Bihorel ou par la Communauté d’agglo).
- les promesses de réduction des coûts par la mutualisation de ceux-ci, promesses non tenues dans le cas de l’agglo. JC Ravenel a pris comme exemple l’enlèvement des ordures ménagères géré par l’agglo mais dont la taxe a pris encore cette année 22% d’augmentation.
Enfin, l’élu de Vive Bihorel avait préparé une analyse financière qu’il présenta lors du correctif budgétaire. JC Ravenel montra qu’à l’inverse de ce que soutient Houbron, les dépenses de fonctionnement de la commune s’envolent. Ceci agaça le maire qui prit son rictus des mauvais jours, laissant paraître ses aigreurs comme seule réplique puisqu’il n’avait rien à répondre sur l’analyse qu’avait faite JC Ravenel des chiffres officiels.

Résumons nous: tout ce que le maire a proposé sur les dossiers importants du jour, a été adopté. Vente de maison au prix plancher, vente de terrain sans que l’on sache précisément sa surface, etc.…. Sa majorité lui a dit oui à tout. Les trois quarts n’y comprennent rien ou s’en foutent, il est 22 heures 30mn, ils n’ont qu’une envie, c’est d’aller au lit.
Mes Chers Compatriotes, la commune est gérée de cette façon. Le conseil municipal n’est que la chambre d’enregistrement des décisions d’Houbron.
En même temps, cette situation est un peu de votre faute. Fallait pas lui donner les clefs.
C.D

lundi 12 octobre 2009

Déplacement doux vers un rendez vous


Pour les esthètes: Ferrari 275 GTB, moteur de 3.3 litres.
Jamais une chaîne de vélo n'a interprété une aussi belle mélodie.

A bicyclette, il serait arrivé en retard, trempé de sueur, fatigué et la blonde en aurait eu assez de l'attendre.

Soutien au Brigadier Ounoussou Guiné


Oussounou Guissé est un parachutiste du 1er RHP de Tarbes. Il a servi sous le drapeau tricolore au Tchad et en Afghanistan et défendu les valeurs de la France. Aujourd’hui notre administration lui conteste sa nationalité française (voir http://www.paris-normandie.fr/index.php/cms/13/article/233160/Il_faut_sauver_le_soldat_Guisse ). De par son engagement Oussounou Guissé n’a pas à subir la bêtise de fonctionnaires zélés qui selon une formule qui leur est chère « ne font pas la loi mais se contentent de l’appliquer ».
Oussounou Guiné est français, point final.
Les belles âmes n'ont pas l'air de se précipiter pour lui apporter leur soutien. Elles n'aiment pas les bérets, surtout lorqu'ils sont rouges.
C.D

jeudi 8 octobre 2009

Tambouille sur le blog de "Bihorel avec vous". Epilogue

Panoplie de Rigolo (oeuvre contemporaine)

Mes Chers Compatriotes,

Tout d’abord, pour celles et ceux qui n’auraient pas eu le temps de lire l’original du billet « A ceux qui se gaussent » publié dimanche 4 octobre 2009 sur le blog de "Bihorel avec Vous", je mets en pied de cet article la version initiale du billet (capture d’écran) avant que Monsieur Avisse ne l’ait modifiée ainsi que l’image vers laquelle nous dirigeait le lien situé en pied du même billet. Je vous invite également à lire avant ce qui suit, l’article paru ici même «Tambouille sur le blog de Bihorel avec Vous » (1) et (2). Vous aurez ainsi tous les éléments. Ceci étant précisé, passons à ce qui nous occupe.

Comme moi, je pense que vous n’aurez pas cru un seul instant à la fable que Monsieur Avisse nous a contée le 6 octobre (voir article précédent sur ce blog). Je crois qu’une fois leur supercherie découverte, cette fable fut le seul moyen qu’ils aient trouvé pour tenter de se sortir les fesses des ronces.
J’en veux pour preuve deux éléments :
1) Monsieur Avisse nous dit « N’ayant pas d’exemplaire du bulletin sous la main, je n’ai trouvé sur internet que la une de la dernière édition. » Avant de mettre en ligne le billet, n’aurait-il pas été plus simple à Monsieur Avisse de demander à l’auteur du billet, l’original de l’article du bulletin de l'Agglomération de Rouen, qu’il avait forcément en sa possession, puisqu’il l’avait contrefait et détourné ?
2) Deuxième élément, « Sur le contenu du billet, je reconnais que la tournure de phrase est ambiguë, je la corrige » nous indique Monsieur Avisse. Soit à "Bihorel avec Vous", on a la comprenette un peu lente, car le billet original était très clair. Certes c’était un tissu de mensonges mais en aucune façon il n’était ambigu ! Soit sur le blog de "Bihorel avec Vous", on peut publier tout et n’importe quoi, mêmes les bidonnages car rien n’est vérifié.

Ma conviction est toute autre.
« A ceux qui se gaussent » se voulait être la réponse et le « démenti flagrant » de mon article intitulé « Je vous ai compris », publié sur mon blog le 24 septembre dernier. Mon article visiblement ne leur a pas plu. Il rappelait sur un ton « chambreur » les engagements datant de fin juin que B. Pétel avait pris devant Xavier (un habitant du plateau des Provinces) et devant nous tous, sur le sujet du transit des poids lourds dans Bihorel. Engagements restés à ce jour sans suite.
Les politiciens de quelque bord que ce soit, n’aiment pas qu’on leur rappelle leurs promesses lorsqu’ils ne les ont pas tenues. Alors il fallait répondre à « Je vous ai compris ». Pas simple, surtout quand on a rien à dire de nouveau sur le sujet.
Un camarade, dans l’arrière boutique (vous avez votre réponse M. Duval) s’y est collé. Avec peu de talent, tant dans le style que dans la manière, la forme ou le fond. On détourne, on truque, on contrefait, on falsifie un article et des citations que, bien sûr, on ne produit pas à l’appui.
La ficelle était trop grosse même si l’on dit souvent que « plus c’est gros mieux ça passe ». Mais là, elle était énorme avec en apothéose le coup du « Préfet ébranlé » par Benoît Pétel. Là, le ridicule était à son apex. Franchement, si le préfet lit cela en buvant un coup, il risque de s’étouffer avec les cacahuètes en pouffant de rire.
Bref, on publie tout ceci un dimanche soir. Cela non plus n’est pas innocent, car bien que daté du mardi, le bulletin change d’édition le lundi (système du Monde). Le camarade auteur se dit que le Constantin ne doit pas être du genre lecteur assidu du Bulletin et que lundi, il ne trouvera plus en kiosque le numéro d’où sont tirés l’article et les citations que l’on a détournées. Avec son QI de bulot, le camarade auteur pense que cela devrait passer. Le bidonnage est publié mais pas de bol, le pot aux roses, dès le lundi, est découvert puis dénoncé par votre serviteur et nous en arrivons à la fable contée par Monsieur Avisse.

Qui est le camarade auteur de « A ceux qui se gaussent »? Certainement pas Monsieur Avisse lui même. Lorsque l’on sait apprécier un Clos de Bèze 59, c’est que l’on est un être raffiné, or ce bidonnage est l’œuvre d’un gros lourdaud. Benoît Pétel ? Pas plus, son style d’écriture n’est pas celui d’un besogneux. Enfin Fred Duval est trop bon scénariste pour avoir commis pareil nanard.
Non, il faut chercher ailleurs, mais pas trop loin tout de même. Peut être entre deux dictionnaires. Chacun mettra le nom qu’il voudra, même si nous serons nombreux à avoir la même idée.

« A ceux qui se gaussent » n’est donc pas signé. A ce moment, j’en profite pour faire une mise au point. Je fais un distinguo entre le fait de ne pas signer ses billets et celui de les signer d’un pseudo que l’on conserve dans le temps. Ainsi peut on faire référence à tous les écrits que j’ai produits sous le nom de Constantin Dragasès et ce depuis début 2008. Le camarade auteur de « A ceux qui se gaussent » en n’assumant pas son billet de quelque manière que ce soit, a le courage de ceux qui se mêlent à la foule pour s’en servir de bouclier.
Si Benoit Pétel n’est pas l’auteur, a-t-il pour autant donné son imprimatur? Accordons lui le bénéfice du doute. Mais cela ne l’exonère pas, lui et le Président de l’association Bihorel avec vous (F.Duval) de faire le ménage dans leurs troupes et de veiller à ce qu à l’avenir, ce genre de tambouille ne soit plus cuisinée dans leur arrière boutique. A une époque où des pratiques glauques sont mises à jour au PS, cela éviterait de discréditer définitivement dans le débat politique bihorellais, une association dont 98% des adhérents sont certainement de bons samaritains. D’ailleurs, il serait de bon ton que comme pénitence, le camarade auteur de « A ceux qui se gaussent » se fasse oublier un bon moment et évite de pérorer dans le Bihorel réel ou virtuel lors des mois à venir.

Enfin n’oublions pas le point de départ de tout cela et ce qui reste bien évidemment le plus important. Qu’a donc fait Benoît Pétel depuis juin pour répondre aux problèmes de Xavier, tenir les engagements qu’il a pris devant nous tous et quelles actions spectaculaires compte-t-il entreprendre puisque rien n’a changé ?

Benoit, puisque le « démenti flagrant » a fait « PSchitt », aurons nous encore à nous gausser?

C.D
Cliquez sur les images pour les agrandir


mardi 6 octobre 2009

Tambouille sur le blog de "Bihorel avec vous" (2)

Voici la réponse de Guillaume Avisse qui essaye de désamorcer la situation sur le blog de "Bihorel avec vous" ce 6 octobre.

"Mea culpa, mea culpa, gardons notre calme !
Si je ne l’ai pas écrit, c’est moi qui ai mis ce billet, comme tous les billets de ce blog dont j’assure l’administration, en ligne dimanche soir.
N’ayant pas d’exemplaire du bulletin sous la main, je n’ai trouvé sur internet que la une de la dernière édition. Pour améliorer les choses, je me suis permis de piquer l’image mise sur votre blog pour mettre l’article en lien à la place.
Sur le contenu du billet, je reconnais que la tournure de phrase est ambigüe, je la corrige.
Guillaume Avisse."

Votre nez s'allonge, Monsieur Avisse.
Bon, nous reviendrons, sous peu, sur les enseignements de cet épisode. Le chapitre est loin d'être clos.

C.D

lundi 5 octobre 2009

Tambouille sur le blog de "Bihorel avec vous"

Mes Chers Compatriotes,
" A ceux qui se gaussent" http://www.bihorelavecvous.com/2009/10/04/a-ceux-qui-se-gaussent/ paru le 4/10/2009 sur le blog de "Bihorel avec vous" est un billet qui se voudrait être la réponse à ma publication ici même du 24 septembre dernier intitulée "Je vous ai compris"

Cette réponse est un grossier bidonnage dans le but d'embrouiller le lecteur entre les affirmations personnelles de l'auteur et le détournement de citations extraites d'un article paru dans le Bulletin de l'Agglomeration Rouennaise du 29 septembre (voir lien en bas de page). Pas une seule fois le nom de Benoit Pétel n'est mentionné dans cet article et toutes les citations auxquelles il est fait référence dans le billet, sont en fait de Messieurs Houbron, Renard et Dantan. Par un procédé fallacieux l'auteur voudrait nous faire croire que ces trois là ont reçu la lumière de Saint Benoit (Pétel) et qu'il se sont faits les perroquets de sa bonne parole. Nous avons affaire là à de la manipulation d'information. Preuve supplémentaire de la contrefaçon, à la fin de "A ceux qui se gaussent" un lien nous renvoie non pas vers l'article sur lequel l'auteur base sa démonstration mais vers la première page du journal où il n'y a rien à ce sujet. Les gens honnetes n'ont rien à cacher.

Enfin le style "besogneux" du billet ne laisse que peu de doute sur l'identité de l'auteur. Voici donc ci dessous l'article qu'il n'ont pas publié sur le blog de "Bihorel avec vous".

Bonne lecture.

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir).


dimanche 4 octobre 2009

Le jeu des 7 erreurs

La presse locale nous présentait jeudi le dernier projet de l'espace Monet-Cathédrale destiné à remplacer l'actuel palais des congrès. On pourrait faire un "jeu des 7 erreurs"
Voici le batiment actuel:


et voici le projet (peut être) définitif:
On notera comme différence essentielle, les petits arbres verts en terrasse qui donnent à l'ensemble une touche "écolo" et une note "développement durable". Sinon on peut dire que l'on va demolir une vieille merde inaugurée en 1976 pour en inaugurer une nouvelle vers 2012, semblable dans ses grandes lignes à l'ancienne. Voilà de l'argent des contribuables bien utilisé.
Signalons que Valerie Fourneyron (PS), dans le cadre de la démocratie participative chère à Marie Ségolène Royale, a organisé en 2008 une votation sur le sujet. 80% des 8.000 rouennais qui y ont participé, se sont prononcés pour la création d'un jardin à la place du palais des congrès. Mais Mme le Maire précise "que les rouennais ont été entendus" (sans doute les petits arbres verts en terrasse) et cela sans rire bien évidemment. Pascal Houbron n'aurait pas mieux dit.
Mes Chers Compatriotes, PS, UMP, centristes, démocratie directe ou indirecte, participative ou non, j'ai bien l'impression qu'on l'a toujours où vous savez.
C.D
post scriptum: pour une information complète sur le sujet, lire l'article en page 5 du Paris Normandie du jeudi 01/10/09

jeudi 1 octobre 2009

1 voix + 1 voix = ça dépend

Dernières révisions au PS avant la « consultation militante » du 1er octobre. Certains camarades excellent en orthographe et connaîssent sur le bout des doigts « le bon usage » de Maurice Grevisse, mais pour la plupart en arithmétique cela laisserait à désirer. Heureusement, Martine, la 1ère secrétaire, aurait tout prévu en adressant son cahier de calcul à chaque responsable de section. Le compte sera-t-il bon pour autant?