vendredi 31 août 2012

Carte Postale (6) Richard Millet face à la meute


Richard Millet face à la meute par enquete-debat

Pourquoi prendre parti pour Richard Millet sans avoir (encore) lu ses trois nouveaux essais, au risque de paraître aux yeux des gardiens sourcilleux de la bien-pensance, encore un peu plus nauséabond ?

Sans doute parce que j'ai dévoré l'an passé son livre "la fatigue du sens", mais aussi parce que je n'aime pas l'eau tiède, parce que j'ai toujours été de ceux qui préfèrent hurler avec les loups que de bêler avec les moutons. Parce que, comme je l'écrivais en "off" cette semaine à une de ces belles âmes qui peuplent notre vieux village, je suis un réactionnaire en opposition à "l'unanimité actionnaire", selon l'expression de Philippe Muray. 
Parce que la meute qui court après Richard Millet, me rappelle celle formée, il y a quelques années, derrière Renaud Camus, ou celle qui fait la danse du scalp à intervalles réguliers autour de Finkielkraut, Zemmour ou Robert Ménard. 
Parce que dans un pays, la France, dont la deuxième ville, Marseille, est chaque jour davantage aux mains des kalachnikovs, où une élue socialiste (c'est dire !) de cette même ville, y réclame l'intervention de l'armée, peut-il y avoir encore des questions inaudibles?

Alors, mes chers Compatriotes, avant d'aller craquer chacun votre allumette pour enflammer le bûcher dressé à l'intention de Richard Millet par la doxa et de l'envoyer rejoindre le camp des écrivains maudits, prenez le temps comme je vais le prendre, de lire ce que cet auteur nous dit.
Oui, triste pays que celui qui, pour reprendre les mots de Richard Millet, "ne cesse de s'aveugler pour mieux se renier".
CD

lundi 27 août 2012

Carte postale (5) De la lune



Juillet 1969, le gamin de dix ans que j'étais, fut émerveillé en regardant la lune tout en se disant" il y a du monde là-bas".
Afin d'honorer la modestie et la mémoire de Neil Armstrong, sa famille souhaite que ceux qui le veulent lui rendent hommage ainsi: «La prochaine fois que vous marchez dehors par une nuit claire et que vous voyez la Lune qui vous sourit, pensez à Neil Armstrong et faites-lui un clin d'oeil.»



samedi 25 août 2012

Carte postale (4) Soutenir Valls ! par Robert Ménard



Il  Ilfaut le dire sans hésiter, sans tergiverser : Manuel Valls mène une politique juste et courageuse quand il fait appliquer les décisions de justice concernant le démantèlement des regroupements illégaux de Roms, réduits à vivre dans des conditions d’insalubrité inacceptables. La droite devrait d’ailleurs l’applaudir sans retenue. Au risque, sinon, d’apparaître pour des politiciens guidés par leurs seuls intérêts partisans. Elle devrait également soutenir le ministre de l’Intérieur face aux  déclarations sentencieuses de Viviane Reding, la vice-présidente de la Commission européenne en charge de la Justice, des droits fondamentaux et de la citoyenneté (ouf !), qui veut placer la France « sous surveillance » ! La même qui, rappelez-vous, avait osé, concernant la politique de Nicolas Sarkozy vis-à-vis des Roms, cette comparaison : « Nous avons de sinistre mémoire les déportations pendant la Deuxième Guerre mondiale, alors recommencer cela, ce serait la fin de l’Europe »
Je sais, comme vous, qu’il n’y a pas si longtemps, notre gauche bien-pensante aurait grimpé aux rideaux si ces opérations contre des camps roms avaient été menées par Claude Guéant. J’ai, comme vous, encore en tête les cris d’orfraie d’une Martine Aubry s’émouvant des expulsions de Roms alors qu’au même moment, elle demandait l’évacuation d’un camp construit en périphérie de Lille… Je ne suis pas sûr, comme vous, que la mise en place des quinze premières Zones de sécurité prioritaire et la création de 500 postes supplémentaires dans les forces de sécurité cette année suffisent à régler nos problèmes de violence. Mais, comme vous, je ne supporte plus ces donneurs de leçons qui voudraient accueillir tous les Roms de la terre mais… pas trop près de chez eux. Ceux-là même qui vous traitent de xénophobes si vous rappelez que les actes de délinquance perpétrés par des Roms – pardon par des Roumains – à Paris ont augmenté de 259% en 18 mois (chiffre 2011) mais vérifient dans quelle poche se trouvent leur portefeuille et leur portable dès qu’une de ces adorables petites Roms les frôle dans le métro…
Alors que faire ? Dire et redire qu’il en va d’abord de la responsabilité de la Roumanie et de la Bulgarie, manifestement peu soucieuses de prendre cette question à bras le corps, c’est le moins qu’on puisse dire. Et puis, ne pas laisser croire qu’il suffirait – comme veut nous en persuader une partie de la gauche assez mal dans ses baskets face à la détermination de Manuel Valls – de lever « les mesures qui restreignent l’accès des ressortissants roumains et bulgares au marché du travail français ». Comme si les presque trois millions de chômeurs n’existaient pas. Comme si les Roms concernés allaient chercher du travail. En tout cas, celui que pourrait leur proposer Pôle emploi…
Juste un conseil : que tout ce petit monde aille, de toute urgence, revoir .
« Le temps des gitans », le chef-d’œuvre d’Emir Kusturica

PS/ Audrey Pulvar, aujourd’hui à la tête des Inrocks, est dans son rôle de grande vigie de la gauche quand elle lance un « Cher François (Hollande), on n’a pas voté pour ça ». Remarquez, c’est facile : elle ne doit pas en croiser beaucoup en rentrant chez elle, dans l’appartement de fonction de son chéri, au ministère de l’Economie et des Finances, à Bercy.

jeudi 23 août 2012

Carte postale (3) Ni l'esprit, ni la lettre




Faut-il vraiment lire l’interview du maire de Bois Guillaume paru dans le bulletin de  cette semaine ? Si votre transit intestinal est un peu paresseux et que vous avez cinq minutes à passer dans la petite pièce du fond, pourquoi pas. Mais rapidement, vous vous apercevrez que vous n'y apprendrez rien et que Gilbert fait du Renard.
La partie du Bulletin de l'arrondissement de Rouen consacrée au Comité révolutionnaire d’amélioration de la captivité est tout aussi soporifique. Cela ne tient pas au talent des journalistes du Bulletin, non mais plutôt au coté purge du discours  lénifiant tenu par l'unique activiste, l’insubmersible camarade Fluo (1), qui se prend au sérieux et nous livre une bouillie mi-militante, mi-angélique.

Ce n'est pas uniquement parce que j'estime que la société doit aux détenus des conditions de vie humaines et décentes que j'avais été enthousiasmé par l'action menée (voir billet du 13 août) mais aussi parce que Gilbert avait du coup, selon l'expression consacrée, repris « un peu de potache », même si au lieu de modifier un « non » par un « oui », j'eus personnellement préféré que l'on modifiât « prison » par « fusion », comme cela me démengea durant des mois, afin d'avoir devant la mairie de Bois Guillaume une banderole affichant « Non à la fusion ».

Peu importe, cela enquiquinait nos voleurs de communes et j'étais ravi. J'avais même imaginé une suite dans la dérision en demandant comment Gilbert pouvait-il refuser une telle opportunité pour sa commune ? En effet à une époque ou chaque facteur de développement économique doit être accueilli à bras ouverts, faut-il être aveugle pour ne pas voir les formidables perspectives de croissance qu'ouvrait au petit commerce local, l'implantation d'une prison ? Cela attire effectivement du trafic en tous genres mais surtout de personnes qui viennent visiter leurs proches incarcérés et qui doivent se ravitailler, se restaurer pendant leur séjour avec à la clef la construction d’hôtels restaurants car tout ce petit monde s'il vient de loin doit pouvoir être aussi hébergé et Bois guillaume n'est guère équipé en matière hôtelière d’où les magnifiques perspectives de développement en ce domaine avec, bien sûr des dizaines d'emploi à la clef. On pouvait même à moyen terme penser à l'implantation avec là aussi création d'emploi, d'un héliport afin de favoriser dans un avenir proche les évasions, etc......Il y avait là, un excellent terreau pour moquer Gilbert. Au lieu de cela l'unique militant du comité revolutionnaire d'amélioration de la captivité a fait dans le triste et le laxatif. Dommage.

Mes chers Compatriotes et aficionados du CRAC, vous êtes de celles et ceux que, comme le veut ce vieux proverbe français, le malheur n'abat point mais instruit et vous aurez compris qu'il faut toujours se méfier des imitations et surtout des usurpations.
CD

(1) Le camarade Fluo est une vieille connaissance de l'époque "tambouille sur le blog de Bihorel avec vous", voir sur mon blog, octobre 2009.

Cliquer sur l'image pour lire l'interview de Gilbert

mercredi 15 août 2012

Carte Postale (2) Assomption


Texte de la prière du 15 aout 2012, envoyée à tous les diocèses par Monseigneur Vingt trois.


Frères et Sœurs,

En ce jour où nous célébrons l'Assomption de la Vierge Marie, sous le patronage de qui a été placée la France, présentons à Dieu, par l'intercession de Notre-Dame, nos prières confiantes pour notre pays :

En ces temps de crise économique, beaucoup de nos concitoyens sont victimes de restrictions diverses et voient l'avenir avec inquiétude ; prions pour celles et ceux qui ont des pouvoirs de décision dans ce domaine et demandons à Dieu qu'il nous rende plus généreux encore dans la solidarité avec nos semblables.

Pour celles et ceux qui on été récemment élus pour légiférer et gouverner ; que leur sens du bien commun de la société l'emporte sur les requêtes particulières et qu'ils aient la force de suivre les indications de leur conscience.

Pour les familles ; que leur attente légitime d'un soutien de la société ne soit pas déçue ; que leurs membres se soutiennent avec fidélité et tendresse tout au long de leur existence, particulièrement dans les moments douloureux. Que l'engagement des époux l'un envers l'autre et envers leurs enfants soient un signe de la fidélité de l'amour.

Pour les enfants et les jeunes ; que tous nous aidions chacun à découvrir son propre chemin pour progresser vers le bonheur ; qu'ils cessent d'être les objets des désirs et des conflits des adultes pour bénéficier pleinement de l'amour d'un père et d'une mère. Seigneur notre Dieu, nous te confions l'avenir de notre pays. Par l'intercession de Notre-Dame, accorde-nous le courage de faire les choix nécessaires à une meilleure qualité de vie pour tous et à l'épanouissement de notre jeunesse grâce à des familles fortes et fidèles. 
Par Jésus, le Christ, Notre Seigneur.


lundi 13 août 2012

Carte postale (1)




Mes chers Compatriotes,

J’étais sensé vous adresser quelques cartes postales, mais voilà que c’est l’inverse qui se produit. Le Renard d’Or et le Freluquet d’Argent semblent vous motiver et agiter vos petites cellules grises. Je publie ci après quelques unes des plaques qui entrent en concours.

Mais avant tout, saluons l’action d’émules du CRAC qui se sont auto-baptisés « Comité Révolutionnaire d’Amélioration de la Captivité ». Je ne sais absolument rien de ce déjà fameux comité, mais je salue leur initiative (voir photo). En effet, les taulards, en ces temps fraichement renouvelés par les urnes d’égalité et de fraternité, n’ont-ils pas eux aussi droit d’avoir leur placard dans les beaux quartiers ? 
Comme dirait Ségolène, c'est une question "d'équitude" et puis après tout, cela n'apporte-t-il pas à Gilbert, un soutient dans son soudain et tout autant inattendu souhait de diversité sociale, exprimé dans le cadre de son "relooking express" ?


D'après les commentaires du chef (masqué) de ce comité, la banderole n'a pas tenu longtemps. Il en fut de même pour les panneaux "non" des rues affichés cette semaine sur les panneaux d'expression libre (si, si!) de Bihorel. Il semblerait que même au mois d'aout, les hommes du  "S.A.C" (Service Anti Crac) veillent et dépouillent illico presto, toute affiche du CRAC. Mais j'ai ma petite idée pour les coincer et les livrer au pilori de la toile, je vous en reparlerai en septembre.
Enfin, voici parmi les panneaux "non" des rues reçus, quelques bêtes à concours. Vous noterez au passage que, selon l'expression d'une jeune et dynamique membre du CRAC, Gilbert a repris ces jours-ci, un peu de "potache".




A bientôt, pour de nouvelles aventures !
CD

jeudi 2 août 2012

Relooking express pour Gilbert

Annexionniste regardant vers l'avenir en surveillant ses arrières


Gilbert a dû consulter et les consultants ont dit à Gilbert que son cas les inquiétait, qu’il devrait faire des efforts, beaucoup d’efforts même, s'il voulait continuer à toucher les rentes que lui verse cette bonne fille qu'est la république après 2014. Alors, ils lui ont proposé un plan « Com » à Gilbert, qui a mis les bouchées doubles en cet été 2012 pour se refaire une vitrine présentable. 
C’est vrai que le "relooking express" s’imposait car si les critères de Madame de Fontenay étaient le respect de la démocratie, celui du quota de logements sociaux (1), celui de l’écologie et enfin le respect de ses opposants et bien Gilbert n’aurait aucune chance d’être élu Miss France et pas même Miss Normandie.

Gilbert a donc fait une campagne de "com" dans Paris Normandie où tous les deux jours dans différents articles consacrés à Sa Seigneurie, il nous a joué plus soucieux du social que moi, t’es Melanchon, plus soucieux du « durable » que moi, t’es Nicolas Hulot, plus respectueux des opposants que moi, t’es un Bisounours.
Bon comme dans toute campagne, il y eu l'inévitable faux pas et il l’a commis Gilbert dans le Bulletin de l'arrondissement de Rouen, en ouvrant sa chemise pour montrer ses muscles afin d’intimider le CRAC. Là, nous avons retrouvé le Gilbert "normal". Je dois dire qu’en sifflant du Banyuls puis du Potensac mais surtout à l’heure de la « poire », entre « Craquistes », nous avons bien rigolé !
Reste la démocratie, mais là le cas est très difficile et les conseillers en « com » de Gilbert n’ont pas encore la solution. Rassurons-nous pour la rentrée, ils nous auront bien trouvé un bon gros bobard, du genre que Gilbert a passé tout l’été à relire Socrate et que maintenant il a compris ce que c’était la démocratie et qu’il ne recommencera jamais plus le coup du 4 juillet 2011. Les promesses, Gilbert, comme tous les bonimenteurs,  il aime bien.

Mais un deuxième couac est venu ruiner le "relooking" en cours, tenté par Gilbert. Anodin au départ mais en y regardant bien, l’article paru dans PN du 26 juillet dernier intitulé « la parole donnée aux habitants » est tombé au mauvais moment et a fait un gros plouf au beau milieu de la compagne de « com » de l'annexionniste Bois Guillaumais. Oh bien sur, cet article ce n’est pas de l’Albert Londres, cela sent un peu le remplissage d’été mais sa lecture est très instructive.

 Qu’y apprend-t-on ? Que "les Bihorellais se demandent ce que la fusion va leur apporter", que "nous allons être les parents pauvres", qu’il n’a été "aucunement tenu compte de la consultation", que ce n’est pas là "la conception de la démocratie des Bihorellais", "qu’on nous avait promis monts et merveilles", que "Bihorel n’est pas mieux loti ni mieux entretenu qu’avant", que "Bois Guillaume était surtout intéressé par les logements sociaux de Bihorel", d’autres restant septiques et réservés puis enfin la grande peur est exprimée, "c’est que Bois Guillaume prenne le dessus". Un véritable plébiscite pour nos voleurs de communes et force est de constater que Bihorellaises et Bihorellais, un an après, n'ont rien oublié !

Mais, puisqu’il s’agit d’un article objectif et impartial, la parole est donnée à une fusionniste de Bois Guillaume (étonnant, non ?) qui dans un grand élan de sincérité se réjouit de la fusion car ainsi « les socialistes ne pourront jamais être élus ». Pour cette Bois Guillaumaise, la démocratie, c'est simple comme une arnaque.

La rue résume parfois mieux que de longs textes, le ressenti de la population.  Pour notre annexionniste et le freluquet, une chose est sûre, s’ils veulent conserver leurs indemnités d’élus après 2014, ils devront se présenter devant les électeurs, maquillés comme des voitures volées, sinon, ce sera club de scrabble pour Gilbert et sacoche avec vélo jaune pour le freluquet.

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Dans son édito du « Le MAG » de Bois Guillaume/juillet 2012, Gilbert dans le cadre de son "relooking express" et pour se donner certainement une caution intellectuelle, cite Edgar Morin « La vraie nouveauté nait toujours du retour aux sources ». Vibrant, non ? Le philosophe avait juste oublié de préciser qu’à vouloir avancer à reculons, on risque de ne pas voir le précipice.

Mes chers Compatriotes, bonnes vacances à toutes et à tous, rendez vous en septembre pour les résultats de notre jeu de l'été "Gagnez un Gilbert d'OR".
D’ici là, je vous aurai sans doute adressé sur ce blog, quelques cartes postales...!

Vive Bihorel Libre
Manu ad ferum
CD

(1) Détail amusant, en matière de logements sociaux, Super Ayrault vient d’annoncer que le minimum va être porté à 25% (la commune nouvelle est à 17%) et que l’amende pour non  respect sera quintuplée. S’il ne veut pas augmenter les impôts, Gilbert va être obligé d'annexer les Hauts de Rouen ou de ne construire que du social sur ce qu’il reste de terrain libre sur Bois Guillaume. L’annexion de Bihorel ne lui aura servi à rien.