"A force de ne pas parler des choses, par élégance, on ne dit rien, et on l'a dans le cul !"

Louis Ferdinand Céline

mardi 31 décembre 2013

Les voeux de Fanfan la teinture


Mes chers Compatriotes, soyez rassurés. Contrairement à la TVA Sarkozy, la TVA Hollande que vous allez payer dès minuit ce soir, ne constituera pas une "injustice supplémentaire qui va toucher le pouvoir d'achat de tous les Français", ni "une faute économique qui affaiblira la consommation et nuira donc à la croissance et à l'emploi". D'ailleurs comme tout le monde le sait, la croissance est repartie et la courbe du chômage est inversée.
Bon réveillon de la Saint sylvestre à toutes et à tous et rendez-vous en 2014 pour de nouvelles aventures !
CD

dimanche 29 décembre 2013

La ligne 20 fait le buzz


Mes chers Compatriotes, vous qui me connaissez, vous ne serez pas surpris, je ne prends jamais le bus. A vrai dire, je n'aime pas les transports en commun, hormis l'avion, le bateau et mon lit. Non, moi j'aime la bagnole, c'est mon coté écolo tendance "Jean Vincent Placé", si vous voyez ce que je veux dire...(1). Mais je dois reconnaitre que j'ai lu avec une certaine gourmandise, l'article consacré dans P.N à la ligne de bus 20, celle qui dessert la ville de Rouen pour les Bihorellais, enfin "desservait" devrais-je écrire, malgré toute la pugnacité (je plaisante) que met Pascal Houbron à défendre les intérêts des Bihorellais au sein de la Crea...

A la lecture de certains articles de Paris Normandie sur Bihorel, il m'arrive souvent de me demander si ceux qui les rédigent sont tout à fait conscients de ce qu'ils écrivent. La recette est on ne peut plus simple. Vous prenez un correspond local qui peine à distinguer sa gauche de sa droite (cf la présentation de la liste "Bihorel rassemblée", pn du 21/12/2013) puis vous lui adjoignez dans le cas qui nous intéresse, un technocrate lambda, par exemple un responsable des transports à la Crea et à partir de là, vous n'avez plus rien à faire, si ce n'est laisser l'un et l'autre se couvrir de ridicule.
Dans cet article, nous  apprenons que depuis la fermeture du pont Mathilde en octobre 2012, les bus de la ligne 20 accumulaient les retards et que ça râlait fort dans les chaumières bihorellaises. Il faut bien avouer que depuis cette époque, la circulation dans l'agglomération de Rouen est, comment dire, quelque peu congestionnée. La solution dans les cerveaux inventifs et géniaux des technocrates de la Crea ne tarda pas à germer (un an après quand même); si la cause des retards était la desserte du centre de Rouen et bien il suffisait pour être à l'heure de ne plus desservir le centre ville. CQFD ! 
Depuis cette audacieuse décision, les bus sont même parfois en avance (si, si !) et les réclamations (sans doute comme les usagers, ndlr) "se comptent sur les doigts d'une main" déclare sans rire notre directeur d'exploitation des transports à la Crea, avant d'ajouter "même s'il y a encore des jours compliqués". 
Je ne suis pas un spécialiste mais si j'osais, allez soyons fou, je me permettrais de donner un conseil à notre expert en transports en commun; limitez donc le parcours de la ligne 20 entre l'arrêt "piscine de Bihorel" et celui nommé "Foyer municipal". Là, je pense que ce serait "simple" tous les jours. Pas sûr que la fréquentation de la ligne 20 n'en souffrirait pas, mais de toute façon, c'est déjà le cas depuis qu'elle ne passe plus par le centre de Rouen, mais ça, c'est dû à la mauvaise volonté des Bihorellais qui plutôt que d'aller trainer en ville et d'y respirer le mauvais air, feraient mieux d'aller voir les vaches dans les champs à Saint Aubin Epinay, terminus de la ligne en question. 
Cela dit rien n'est perdu, puisque dans un dernier élan de générosité, le technocrate conclue en pontifiant "Nous ne nous interdisons pas de revenir au parcours passant par la rue Jeanne d'Arc". Fichtre ! Les gueux bihorellais, s'ils veulent pouvoir aller de nouveau goûter les délicieux macarons de la mère Auzoux en bétaillère avec la ligne 20, n'ont plus qu'à implorer sa Seigneurie pour qu'il ne se l'interdise pas encore trop longtemps !

Et le servile Paris Normandie de donner un satisfecit à l'ensemble: "Plus de régularité sur la ligne, même si le bus ne passe plus par le centre de Rouen, le bilan du nouveau trajet est plutôt positif".

Bref, on dirait du Monty Python dans le texte, même si c'est bien involontaire de la part de nos duettistes, et si vous appréciez comme moi, l'absurde et/ou le grand n'importe quoi, vous ne louperez pas le prochain article du correspond bihorellais de P.N qui les enchaine semaine après semaine.
CD

(1) le sénateur d'Europe Ecologie les Verts, Jean Vincent Placé, toujours à la pointe de la pédagogie en matière de déplacements doux (surtout lorsque cela s'applique aux autres) se voit, pour la petite histoire, réclamer par le fisc, 18.500 euros d'amende pour diverses infractions au code de la route, excès de vitesse, stationnements illicites, etc...preuve que le vert sénateur a une empreinte carbone exemplaire. Quant au non paiement des amendes, il s'agirait, cela va sans dire, d'un oubli "momentané" .

mercredi 25 décembre 2013

Noël, 1 500 ans de traditions et de civilisation


Si le fait religieux relève du domaine privé, Noël est de ces fêtes qui transcendent les clivages habituels et font partie du patrimoine culturel collectif.
Que l’on soit croyant ou non, que l’on soit pratiquant ou non, nul ne peut – sauf à dessein malveillant – ignorer l’importance de l’influence de la chrétienté sur le développement de nos sociétés européennes.
À ceux qui voudraient faire enlever nos sapins et nos crèches, à ceux qui s’offusquent des marques encore visibles de nos racines, je propose d’aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte. À l’argumentaire pervers de la laïcité faite loi, j’oppose 1 500 ans de traditions et de civilisation. Alain Peyrefitte, en citant l’allocution du général de Gaulle du 5 mars 1959, nous renvoie à certaines notions fondamentales aujourd’hui passées sous silence : « Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. Qu’on ne se raconte pas d’histoire ! »
En cette période de grande déculturation et de destruction des repères traditionnels, il est devenu plus que jamais nécessaire de rappeler aux enfants que nous célébrons, le 25 décembre, la naissance du Christ, fils de Dieu, et non pas quelque dieu païen de la consommation de produits festifs ou de l’enrichissement de fabricants de jeux vidéo asiatiques. Noël est un appel au partage, à l’amour et à la fraternité, loin des notions mercantiles et matérialistes qui font notre bonheur immédiat et notre malheur à venir.
Nous sommes des femmes et des hommes, avec nos cultures et nos traditions, nos croyances et nos valeurs avant d’être des consommateurs serviles, interchangeables et sans identité.
Joyeux Noël à toutes et à tous !

Gérard Hardy
site Boulevard Voltaire

mardi 24 décembre 2013

Nativité du Seigneur


« Avec cette fête qui revient chaque année, nous célébrons donc le jour où s'est accomplie la prophétie : "La vérité a surgi de la terre et la justice s'est penchée du ciel". La Vérité qui est dans le sein du Père a surgi de la terre parce qu'elle fut aussi dans le sein d'une mère. La Vérité qui régit le monde entier a surgi de la terre parce qu'elle fut soutenue par les mains d'une femme ...
 
La Vérité que le ciel ne suffit pas à contenir a surgi de la terre pour être couchée dans une mangeoire. À l'avantage de qui un Dieu si sublime s'est-il fait si humble ? Certainement avec aucun avantage pour lui, mais avec un grand avantage pour nous, si nous croyons » (Sermons, 185, 1).

Saint Augustin
 
Mes chers Compatriotes, Joyeux Noël à toutes et à tous.
CD

samedi 21 décembre 2013

liste " Bihorel rassemblée, Bihorel avance ! "



Mes chers Compatriotes,

Après deux mandats durant lesquels, c'est le moins que l'on puisse dire, la concorde ne régna pas entre les Bihorellais par la faute de l'ancien maire Pascal Houbron (celui qui n'aime pas Bihorel), l'heure était venue que celles et ceux qui portent haut les valeurs démocratiques et républicaines, se rassemblent et cela de la manière la plus large possible.

C'est dans cet esprit que la liste "Bihorel rassemblée, Bihorel avance" s'est constituée de façon naturelle. Il s'agit avant tout et uniquement d'une liste d'intérêt communal, sans étiquette, qui dépasse les clivages politiques traditionnels. Ainsi se trouvent rassemblés au sein de cette liste, des Bihorellaises et Bihorellais de sensibilité souverainiste, écologiste, centriste, socialiste et divers droite qui ont rangé leurs drapeaux dans leur poche pour ne brandir que l’étendard de Bihorel.

Mes chers Compatriotes, le seul mandat qui nous intéresse, ce n'est pas comme Pascal Houbron  " la députation " mais celui de servir notre commune pour l'intérêt général, de retrouver un Bihorel "apaisé" et fort de ce nouvel élan, de faire entrer (enfin) notre commune dans le 21ème siècle après deux mandatures de régression.

Je vous laisse maintenant prendre connaissance (ci dessous) de la lettre que Benoit Pétel et Jean Claude Ravenel vous adressent au nom de la liste "Bihorel rassemblée, Bihorel avance" et qui sera également bientôt disponible dans vos boites à lettres.
Manu ad ferum
CD
Cliquer pour agrandir

Cliquer pour agrandir

mercredi 18 décembre 2013

Qui sera le prochain ?

PN du 17/12. Cliquer sur l'image pour l'agrandir
Le maire de Mont Saint Aignan a été placé en garde à vue hier, "quelques heures" selon Paris Normandie, dans le cadre de l'instruction menée sur Vert marine et Aemco.
Vert marine, c'est également la société qui s'est vue renouveler l'été dernier, la gestion de la piscine de Bihorel / Bois guillaume pour une durée de trois ans et cela dans des conditions (très) particulières, si l'on en croit le billet de Rachel Godot publié sur le blog de Bihorel avec vous (1).

Une question: après le maire de Mont Saint Aignan, qui sera le prochain ?

Manu ad ferum
CD

(1) http://www.bihorelavecvous.com/2013/10/comment-est-gere-notre-argent_27.html
 

Rapport de l'intégration: ni un couac, ni une maladresse / Eric Zemmour






mardi 17 décembre 2013

10 centimes d'augmentation (brut) pour les smicards au 1er janvier


Le smic horaire passera de 9.43 euros à 9.53 euros brut au 1er janvier 2014, soit environ 12 euros d'augmentation par mois. Décidément, avec tous ces coups de pouce de gauche, les smicards vont avoir du mal à s'assoir.
CD

samedi 14 décembre 2013

Forfaiture: clap de fin !


Ils avaient cru pouvoir passer outre le suffrage universel et servir leurs intérêts personnels sur le dos de la population. Rattrapés par la justice, pour les voleurs de communes, les lampions de la fusion s’éteindront lors de l'ultime conseil municipal illégitime qui se tiendra jeudi 19 décembre à 18h30 salle Guillaume le Conquérant chez les annexionnistes.

Ci dessous, la documentation habituelle:
 
 Convocation
 https://dl.dropboxusercontent.com/u/55627851/CONVOCATION%20ET%20PROJETS191213.pdf
 PV du CM 14novembre
 https://dl.dropboxusercontent.com/u/55627851/PV%2014%20NOVEMBRE%202013.pdf
 Étude impact
 https://dl.dropboxusercontent.com/u/55627851/EtudeImpactAmend%C3%A9_02-12-2013.pdf
 Annexes
 https://dl.dropboxusercontent.com/u/55627851/ANNEXES%203EME%20PARTIE.pdf
 Annexes suite
 https://dl.dropboxusercontent.com/u/55627851/ANNEXES%202EME%20PARTIE.pdf
 Annexes suite et fin
 https://dl.dropboxusercontent.com/u/55627851/SOMMAIRE%20ANNEXES.pdf

Mes chers Compatriotes, à (très) bientôt pour de nouvelles aventures !
CD

vendredi 13 décembre 2013

Au commencement était Mandela ?


Trouvé ça sur un blog et bien ri :

« Très peu d'êtres humains peuvent être comparés à Jésus-Christ. Nelson Mandela était l'un d'eux. »  (1)


Mais n'est-ce pas rabaisser Mandela, que de le comparer à un simple fils de Dieu ?

  
 (1) Peter Oborne, rédacteur en chef du Daily Telegraph

Adieu Para !



 Avec toute cette actualité autour de la disparition de Mandela, on en oublierait presque celle du Général Ausseresses (je plaisante). 

Enfin, c'est quand même bête de perdre quelqu'un qui trouvait les réponses...
CD

vendredi 29 novembre 2013

mardi 26 novembre 2013

Brêve de Clos Saint Marc


Que ce soit le samedi ou le dimanche matin, le marché du Clos Saint Marc a toujours été un lieu où l'expression politique et la diffusion de tracts ont fait partie de la tradition. En cette période électorale, c'est l'UDI qui occupait la place samedi matin. S'avançant vers moi, un militant me tend un tract que je refuse à son grand étonnement. 
Comme explication je lui dis :
-  l'UDI est le parti de Pascal Houbron, le voleur de commune, qui s'est assis sur la démocratie à Bihorel lors de la fusion.
- oui, mais ici, vous êtes à Rouen, cela ne nous concerne pas, me répond-t-il
- certes, reprends-je, mais l'UDI en tant que parti n'a pas condamné son attitude et s'est fait complice !

Visiblement agacé, le militant de l'Union (mal nommée) des démocrates et des indépendants me lance tout à trac:
- Oui, et il a bien fait de s'assoir dessus ! Vous avez vu combien il y avait de votants ?
- Oui, autant de votants contre la fusion que de votants en faveur d'Houbron en 2008 ! 
Cela eut le mérite de clouer le bec au "tracteur" UDI qui reprit la distribution de son torchon.

On pouvait penser que Pascal Houbron était une erreur de casting, une pustule isolée sur le visage de la démocratie, une sorte de panaris de la république mais non, il semblerait que le "déni de démocratie" soit inscrit dans l'ADN de l'UDI.

Alors mes chers Compatriotes, que vous soyez Bihorellais ou Rouennais, lors des élections en 2014, souvenez-vous en...

Vive Bihorel libre !

lundi 25 novembre 2013

"On nait, on vit, on trépasse" Paul Volfoni


Souvent descendu par la critique, le cinéma de Georges Lautner n'était pas de ceux qu'encense Télérama. Populaire voire populiste, c'est le public qui a fait le succés du Pacha, des Barbouzes, du Professionnel, de Flic ou voyou, du Monocle noir, des Tontons flingueurs.  Ses films n'étaient pas des films de "mariages pour tous". 
Ses héros masculins, les Jean Gabin, Lino Ventura, Belmondo, Blier, André Pousse, Paul Meurisse et d'autres n'y campaient pas des personnages émasculés. Dans les films de Lautner, on y fume et picole à tout va, les hygiénistes n'étaient pas encore passés par là et les dialogues sont loin du politiquement correct d'aujourd'hui ("chez moi, quand les hommes parlent, les gonzesses se taillent"). On imagine le scandale que provoqueraient aujourd'hui de telles répliques.

C'est à longueur de bobines que Georges Lautner, nous a donné du plaisir, distrait et fait rire. Rien que pour cela, il mérite d'aller "tout droit à la maison mère".
CD  


mercredi 20 novembre 2013

L'illusion 3 . 0




Lorsque Valérie Fourneyron arriva dans la tribune présidentielle du stade de France avec Fanfan la teinture, elle fut tout de suite rassurée. Prenant sa voix de camionneur qui bombe de la braguette et désignant Mathieu Valbuena, elle s’enthousiasma:
-  « Ah ! Tony Parker est titulaire ! ».
Moi-je Président, un peu étonné, ne pipa mot.  Il n’était pas, lui, sur la feuille de match, le peuple français pouvait garder espoir.
90 minutes plus tard, après un but hors jeu et un autre par l'adversaire contre son camp, les "bleus" se qualifiaient.
Hollande, tout enhardi, s'aventura à comparer sa situation avec celle du sélectionneur français. Le seul point commun entre les deux est le chiffre 20. 
Vingt c'est la place actuelle de l'équipe que dirige Didier Deschamps dans le classement mondial . Vingt, c'est sans doute la place qu'occupera la France, actuellement numéro cinq dans le classement mondial des puissances économiques, après le quinquennat de François Hollande.    
Quant aux joueurs, j'ai bien peur que peu d'entre eux n'échappent, même au Brésil, à leur biotope.
CD

jeudi 14 novembre 2013

La gauche récolte ce qu'elle a semé - par Eric Zemmour


Conseil municipal illégitime


Conseil municipal illégitime ce soir
- pv du 26 septembre
 https://dl.dropboxusercontent.com/u/55627851/PV%2026%20SEPTEMBRE%202013.pdf
- annexe 181
https://dl.dropboxusercontent.com/u/55627851/ANNEXE%20181.pdf
- annexes 179 et 180
https://dl.dropboxusercontent.com/u/55627851/ANNEXES%20179%20ET%20180.pdf
- annexe 177- 2013
https://dl.dropboxusercontent.com/u/55627851/ANNEXE%20177-2013.pdf
- annexe 207
https://dl.dropboxusercontent.com/u/55627851/ANNEXE%20207.pdf
- annexe 208
https://dl.dropboxusercontent.com/u/55627851/ANNEXE%20208.pdf
- annexe 186
https://dl.dropboxusercontent.com/u/55627851/ANNEXE%20186.pdf

lundi 11 novembre 2013

Echappé belle !

Nice - Promenade des Anglais - 11 novembre 2013
Mes chers Compatriotes, en ce 11 novembre 2013, nous pouvons avoir la certitude qu'il fut salutaire pour la France de ne pas avoir eu un Francois Hollande pour président durant la période 1914 - 1918.
Si tel avait été le cas, nos soldats porteraient aujourd'hui des casques à pointes...
CD

dimanche 3 novembre 2013

Le mensonge fiscal de Pascal Houbron

ce tableau paru dans le "Mensuel" montre qu'en 2013, les impôts communaux "baissent" !

Rappelez vous, mes chers Compatriotes, dans un tract de propagande pour la fusion, celles et ceux qui souhaitaient une baisse des impôts communaux, devaient dire "OUI" à la commune nouvelle.
Le temps a passé, la fusion s'est faite malgré notre "NON" franc et massif en juin 2011 et cet automne les feuilles d’impôts sont tombées dans nos boites à lettres. Sans doute comme moi, en regardant le montant de votre taxe foncière et celui de votre taxe d'habitation, vous avez constaté qu'une fois encore Pascal Houbron avait menti aux Bihorellaises et Bihorellais. Mais mis à part quelques naïfs ou Tartuffes, qui en doutait ?
Cependant, le mensonge est cette fois, si gros que même le service de communication de la mairie pris d'un élan "pédagogique" dans le torchon municipal de novembre 2013, n'a réussi à illustrer cette "baisse" qu'avec des pourcentages positifs !
François Hollande, nous avait fait découvrir la "croissance négative" pour qualifier la récession économique, avec Pascal Houbron et sa fusion, nous découvrons la "baisse positive" pour qualifier ce qui est bel et bien dans les faits, une augmentation des impôts communaux.
De quoi se coiffer d'un bonnet rouge, non ?


Vive Bihorel libre !
Manu ad ferum

CD 
 

vendredi 1 novembre 2013

Sad day


Gaspard Proust

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo
Salut les terriens du 26/10/13 - Part. 3 Avec Pierre Rabhi, son incroyable destin

Comme l’a remarqué un bon esprit : « La preuve ultime que Gaspard Proust est vraiment drôle, c’est que Plenel tire la gueule à chacune de ses vannes. »

vendredi 18 octobre 2013

Quand "valsent" les valeurs de gauche


Ce n’est pas qu’elles étaient toutes rutilantes les valeurs dites de "gauche" lorsque Fanfan la Teinture arriva au pouvoir en mai 2012. Non, tout juste avaient-elles été ressorties du placard où Mitterrand les avait remisées trente ans plus tôt, pour être dépoussiérées et ripolinées le temps d’une campagne présidentielle, histoire de faire rêver le prolo et s’enflammer le bobo. 
Dès septembre 2012, le discours du renoncement qui renvoyait le changement pour « maintenant » à la Saint Glinglin, calma les ardeurs et le bon peuple comprit qu’une fois encore, sous un gouvernement de gauche, il lui faudrait courber l’échine et tendre l’arrière train. François ferait le reste…
Les illusionnistes occupèrent tout un printemps l’opinion avec le mariage dit « pour tous ». Les belles âmes s’exaltèrent et se pâmèrent devant une telle avancée de civilisation. Mais cet orgasme sociétal ne maintint pas longtemps la gauche en l’air. Croissance inexorable du nombre de chômeurs, creusement des déficits, fermeture à tour de bras d’entreprises, humiliation diplomatique (Syrie), ramenèrent la gauche à son triste quotidien. En avalant cette potion bien amère, le gogo de gauche croyait avoir tout subi et au moins estimait-il être toujours le camp du bien, de la pensée progressiste et de l’élégance d’esprit. Il n’était pas au bout de ses peines…
Voilà que, pour employer la terminologie qu’utilisait le journal « Libération » lors des heures les plus sombres de notre histoire (quinquennat Sarkozy), sous l’autorité d’un ministre socialiste, furent exécutées cette semaine des rafles à la sortie des écoles pour expulser du pays des lumières, d’innocentes écolières en situation irrégulière. Et pour couronner le tout, dans la même semaine, une « grande conscience de gauche » (Bedos) et un candidat du PS (Bourdeau) se mirent à insulter deux femmes en invoquant, faux culs et ignorants qu’ils sont, l’esprit rabelaisien et Hara Kiri, en les qualifiant de « conne » et de « salope » sans que cela ne semble choquer les bien pensants qui, pour notre plus grand malheur, nous gouvernent.
C’est que, mes chers Compatriotes, avant d’être des femmes, Nadine Morano et Marion Marechal-Le Pen sont de droite. Ouf ! Les belles âmes sont rassurées. Alors, évidemment dans ces conditions, cela excuse tout, même le fait que l’on puisse se conduire avec elles de la façon la plus vulgaire qui soit. 
On savait que pendant le quinquennat Hollande, la gauche toucherait le fond mais personne n’aurait osé professer qu’il se situerait aussi bas.
CD

samedi 12 octobre 2013

En route vers les municipales

Cette semaine, le bulletin de l'arrondissement de Rouen donnait la parole à Jean Claude Ravenel

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

jeudi 10 octobre 2013

PULL !

 
"Pascal Houbron a décidé de repartir dans la bataille des municipales" écrit le Bulletin de cette semaine. 
Qui en doutait ? C'est d'abord une question d'indemnités de maire et de vice-président de la Crea, on ne renonce pas facilement à plusieurs milliers d'euros par mois. Ensuite le coupable revient toujours sur les lieux de son crime ou plutôt concernant Pascal Houbron devrait-on écrire de ses crimes. Mensonges, manipulations, vol de commune, viol de démocratie...Le pédigrée de l'homme qui n'aime pas Bihorel est long comme un jour sans pain et nous aurons tout le loisir pendant les mois et semaines qui nous séparent des municipales de 2014 de rafraichir la mémoire des Bihorellais en revenant sur ses forfaitures passées et en dénonçant ses mensonges futurs (1).
On se demandera d'ailleurs comment après s'être assis sur l'avis des Bihorellais dans le dossier du P.L.U puis sur leurs votes dans l'affaire de la fusion, ce félon ose revenir solliciter nos suffrages ! 
Les renégats n'ont décidément pas d'honneur surtout lorsqu'il s'agit de défendre leurs intérêts personnels...Peu importe, mes chers Compatriotes, le freluquet veut y retourner, parfait, que le ball trap commence et crions ensemble "PULL" !

Face au voleur de commune, le Bulletin donne la parole aux représentants des oppositions en la personne de Jean Claude Ravenel et Benoit Pétel (2). Nous avons ici dans nos colonnes appelé à la constitution de ce que l'on pourrait nommer un "front démocratique" pour débarrasser Bihorel de celles et ceux qui en piétinant le suffrage universel se sont placés de facto, hors du pacte républicain.
Lorsque vous lirez dans le Bulletin, les déclarations de J.C.Ravenel et de B.Pétel, vous vous direz que ce serait un beau gâchis si la mayonnaise entre les deux mouvances ne prenait pas... Mais ce front démocratique ne doit pas se limiter aux deux seules principales composantes de l'opposition municipale, il doit aussi s'élargir au mouvement citoyen du CRAC en écoutant ses propositions.

Manu ad ferum
CD

(1) il a déjà commencé en parlant de liste ouverte à gauche, d'inégalités sociales et de baisses d'impôts. Nous y reviendrons
(2) à découvrir dans le Bulletin disponible chez tous les bons marchands de journaux.

lundi 30 septembre 2013

Retour vers l'anonymat


Potiche à gauche sur la photo (cliquer sur l'image pour l'agrandir)
Mes chers Compatriotes, nous savons tous que les élus de BVAB excellent dans le rôle de potiche. Il suffisait, s'il en était encore besoin pour s'en convaincre, d'assister au conseil municipal jeudi soir. 
Pour Pascal Houbron, on peut se demander s'il n'est pas devenu aussi transparent que ses berniques à un point tel que les journalistes dans la presse ne mentionnent même plus son nom lorsqu'il apparait sur une photographie. Il faut reconnaitre qu'après avoir démissionné de son poste de maire lors de la fusion, il est aujourd'hui conseiller municipal d'une commune nouvelle qui n'existera plus au 1er janvier. Bref, il n'est plus grand chose, alors pour le freluquet débute sans doute l'apprentissage de l'anonymat qui l'attend après mars 2014 !

Vive Bihorel libre.
CD

Vivement la suite !

Cliquer pour agrandir

Mes chers Compatriotes, un conseil municipal sans grand intérêt que j'ai quitté avant la fin, histoire de ne pas louper le journal de 20 heures sur TF1 (je plaisante). Quelques échanges verbaux un peu tendus mais rien qui  vaille la peine d'être retenu, tout juste le fait que la commune va se récupérer au 1er janvier 2014, les stèles et leurs inepties historiques du parc de l'Argilière, gracieusement offertes par les associations d'anciens combattants. Franchement, avec autant d’âneries gravées au m2, ils pouvaient se les garder...
Je vous livre donc l'article de PN contant ce conseil municipal, un récit toujours un peu sucré et en faveur du pouvoir en place (passage sur les "baisses d'impôts").
Vivement janvier et le retour à la mairie sous le regard d'Alfred et du Général.

Vive Bihorel libre !
CD

lundi 23 septembre 2013

Conseil Municipal illégitime, jeudi 26 septembre

Pipo Pascal et Bozo Gilbert

Mes chers Compatriotes, profitons jusqu'à la fin 2013 des dernières représentations dans la commune nouvelle. Séance du conseil municipal illégitime, jeudi 26 septembre à 18h30 à l'espace Guillaume le Conquérant chez les annexionnistes.
Quelques documents pour suivre le programme:

- Convocation et projets:
https://dl.dropboxusercontent.com/u/55627851/CONVOCATION%20ET%20PROJETS092013.pdf

- Annexes 157 à 161
https://dl.dropboxusercontent.com/u/55627851/ANNEXE%20157%20A%20161.pdf

- PV du CM du 4 juillet
https://dl.dropboxusercontent.com/u/55627851/PV%204%20JUILLET%202013.pdf

- Sommaire et annexes 145 à 156
https://dl.dropboxusercontent.com/u/55627851
/SOMMAIRE%20ANNEXE%20ET%20ANNEXES%20145%20A%20156.pdf

- Annexes 170 et 171
https://dl.dropboxusercontent.com/u/55627851/ANNEXES%20170%20ET%20171.pdf

jeudi 19 septembre 2013

Sectaire ? Vous avez dit, sectaire...

Plus il fait clair, moins elle y voit



Mes chers Compatriotes, la politique vous savez ce que c’est, toujours une mauvaise langue de droite ou de gauche pour dire du mal de son prochain et accuser l’autre de toutes les vilenies. Pas plus tard que la semaine dernière, un ancien premier ministre insinuait que (parfois) les socialistes pouvaient se montrer sectaires. Ce n’est pas à moi que l’idée serait venue d’affirmer une telle chose, non vraiment pas, vous me connaissez. Quoique, en y réfléchissant…

Oui en y réfléchissant, des socialistes sectaires, j’en ai connu, ça oui, mais c’était il y a longtemps. Cela doit bien remonter à 2008, aux dernières municipales, je crois. Leur liste s’appelait Bihorel quelque chose, je ne me souviens plus très bien, enfin un truc monté pour faire croire que c’était une liste d’ouverture et de rassemblement alors qu’il n’y avait pas plus autiste. D’ailleurs, ça c’était mal terminé cette histoire. Les bobos s’étaient vus tellement beaux qu’ils avaient pris le manche du râteau électoral en pleine poire, le genre de bourre pif que Raoul n’a pas dû oublier. Par la suite, nos blogs qui se toléraient, ont fini par se brouiller. Une histoire de Casanis et de maquis, si je me souviens bien. Puis ils ont fini par disparaître et depuis deux ans, on est sans nouvelle.

Enfin, je vous parle de tout cela, c’était un autre temps, une autre décennie je vous dis. Maintenant les choses seraient toutes autres. Les socialistes à Bihorel aujourd’hui ne sont plus aussi aveugles et sourds que ceux de l’époque (je vous demande d’arrêter de rigoler, comme disait Edouard). Ils ont dû comprendre que pour battre le Freluquet et ses berniques, brandir la Rose qui est assez défraichie en ce moment, ne suffirait pas et qu’il fallait bâtir un front démocratique pour virer les voleurs de communes.

Tenez, j’en veux pour preuve le blog que les socialistes nouveaux viennent d’ouvrir. Ils souhaitent y voir se développer « une activité que nous souhaitons vivante, riche en débats, polémique mais néanmoins amicale ». Cela tombe bien, moi aussi !

Alors pour faire preuve d’ouverture et comme il faut bien aider les petits nouveaux qui se lancent, je vais référencer l’adresse de leur blog dans la liste de mes préférés et comme ce nouveau millésime de socialistes est animé d’un nouvel « état d’esprit », ils en feront, n’en doutons pas mes chers Compatriotes, de même sur leur blog avec le mien…pour montrer cette fois-ci, qu’ils ne sont pas sectaires et qu’ils joueront la (vraie) ouverture afin que l’histoire ne leur repasse pas deux fois de suite, le même plat…   

Manu ad ferum
CD 

l'adresse: www.bihorelavecvous.com

dimanche 15 septembre 2013

Ridicule

 
Valeurs Actuelles, 12 septembre 2013
 François vient de comprendre que le monde avait deux papas ou deux mamans (comme vous voudrez), mais qu'il n'avait pas besoin d'un(e) troisième. François pourrait s'en tirer avec un peu de gloire s'il décidait de se porter au secours des chrétiens d'orient massacrés en Syrie ou bientôt au Liban mais François n'a ni le cœur ni les "corones" pour.
Il lui resterait bien une porte de sortie honorable à Fanfan la Teinture, si à l'image de son prédécesseur Guy Mollet, il choisissait de pacifier Marseille comme son ancêtre de la SFIO décida de "pacifier" les départements français d’Algérie.
Et oui François, pas la peine d'aller en Syrie, reviens ! A Trappes, dans le 93, à Roubaix-Tourcoing ou à Marseille, on a les mêmes à la maison..!
CD   

samedi 14 septembre 2013

Rentrée...


Mes chers Compatriotes, les plus observateurs d'entre vous auront noté que ce blog porte maintenant un nom: "le Plaisir de la Différence". Si celui-ci s'était imposé à moi depuis la création du blog en mai 2009, il ornait jusqu'alors la façade d'une villa surplombant la méditerranée où j'eus jadis mes habitudes. Acquise récemment par de nouveaux riches au mauvais goût (pléonasme), ces derniers n'eurent d'autre urgence que de la débaptiser pour la nommer "l'Oasis" (original n'est-ce pas ?). Le nom étant libre, il pouvait dès lors être celui de ce blog.
Quitter les golfes clairs, chers à Charles Trenet, pour retrouver Bihorel, n'est pas des plus enthousiasmant surtout lorsque le plafond y est (très) bas, non je ne fais pas là allusion au Freluquet et à ses relaps, mais simplement à la météorologie, même si effectivement il va falloir s'habituer à croiser de nouveau toutes ces têtes à claques que l'on avait (presque) oubliées et replonger dans le marigot bihorellais ! Enfin malgré tout, vous me connaissez, il me tarde que le "Ball-trap" des municipales commence, histoire de mettre un point final à une histoire qui dure déjà depuis deux mandats, deux de trop...
Allez, la rentrée a aussi de bons cotés et je vous ai gardé une petite friandise; une chronique de Philippe Meyer, celle du 10 septembre dernier. Philippe Meyer c'est, comme Philippe Muray, indispensable à la survie intellectuelle dans ce quinquennat qui n'en finit pas...

jeudi 12 septembre 2013

Le cave se rebiffe ou la methode Harry appliquée à Nice

Braquage à Nice : le cave se rebiffe

Par François Delaître
À Nice, hier matin, deux braqueurs s’attaquaient à un bijoutier sexagénaire et le contraignaient à leur ouvrir son coffre. Histoire a priori banale que ce fait divers, c’est l’éternelle fable du loup et de l’agneau. Dans son adaptation contemporaine, le loup n’a toutefois plus à se chercher des prétextes pour dévorer l’agneau, des tiers hybrides se chargent de les lui trouver, et l’agneau en a pris son parti.
Mais il arrive aussi que l’agneau, parfois, se rebiffe. Et ce matin, le bijoutier – déjà cambriolé quelques mois plus tôt – a répondu à la violence de ses agresseurs à coups de pistolet. Bilan de la matinée : un truand abattu (un « jeune de 22-23 ans », selon un témoin), un autre en fuite avec une partie du butin, et le commerçant placé en garde à vue pour « homicide volontaire ».
Comme le bijoutier de l’avenue de La Motte-Picquet à Paris l’an dernier, le commerçant niçois apprendra peut-être lui aussi que dans la France Valls-Taubira, il est des actes qu’on ne saurait tolérer. Il n’est par exemple pas acceptable qu’un quidam se charge du travail que le gouvernement se montre au mieux incapable d’accomplir, au pire parfaitement conscient de saboter.
Dans cette France que d’autres nomment « orange mécanique », dans laquelle la criminalité explose quasiment partout et dans tous les domaines (depuis un an, les seuls vols à main armée auraient augmenté de 7 % dans les villes, et 12,9 % dans les campagnes selon le criminologue Xavier Raufer), on n’a raison de se défendre que lorsqu’on est mort.
Aurait-on trouvé Jacques Blondel à ce point héroïque si l’arme qui l’a tué à Marignane le mois dernier s’était retournée contre les braqueurs qu’il avait pris en chasse ?
L’histoire de Stéphane Turk, le bijoutier niçois, ne semble au premier abord pas si différente. Témoin d’un braquage – le sien –, il prenait en chasse hier matin ses braqueurs, en fuite sur un scooter. Le malheur voulait que monsieur Turk fût armé et ne se fît point tuer… Sa mésaventure se poursuivra donc au commissariat, puis sans doute au tribunal…
Cette histoire est celle du cave qui se rebiffe. Du dindon qui ne veut plus fournir la farce. Et de l’arroseur arrosé, aussi. Une histoire qui, à mesure que le garde des Sceaux se moque du monde, semble trouver de plus en plus de volontaires pour l’écrire.
La raison du plus fort est toujours la meilleure, disait La Fontaine. Et si la solution au problème de la criminalité exponentielle en France était bêtement là ?

samedi 31 août 2013

Carte postale (13): Totalitarisme doux


Mes chers Compatriotes, depuis que nous vivons sous le règne de Fanfan la teinture, ne sommes nous pas censés couler des jours heureux dans la plus parfaite des démocraties,  dirigée par les plus sourcilleux chiens de garde de toutes les libertés collectives et individuelles? Tout l’aréopage qui grouille autour de notre admiré et aimé Président et dans les couloirs d'un pouvoir, phare avancé de la conquête de lendemains toujours plus justes et de grand soir du progrès des consciences, n'est-il pas constitué uniquement de belles âmes, de justes autoproclamés et d'indignés professionnels ? C'est en tout cas le roman de quatre sous que nous écrivent dans la bibliothèque rose, une presse et des médias serviles, attirés par les faveurs du pouvoir, par ses petits fours et son champagne.

La réalité est toute autre, pourvu que l'on se donne la peine de regarder un peu derrière la vitrine. Ce pouvoir qui dans toute démocratie digne de ce nom aurait été révoqué au bout d'un an par le peuple français (si on lui donnait la parole plus souvent que tous les cinq ans), pour trahison de ses engagements électoraux, ce pouvoir disais-je réduit chaque jour un peu plus des libertés fondamentales comme celle de manifester ou de s'exprimer dans la rue.
Après avoir emprisonné pendant trois semaines pour délit d'opinion Nicolas Bernard Buss (mandat de dépôt immédiat après comparution, alors que les racailles sortent, elles, en sifflotant des tribunaux, merci Christiane) qui commit l'outrage de manifester devant les locaux de M6 pendant que Caramel 1er causait dans le poste, c'est aujourd'hui la marche des Veilleurs dans Paris et leur rassemblement qui sont interdits.
Aveuglé par l'idéologie, auto-persuadé d'être le camp du bien, le pouvoir socialiste enferme chaque jour davantage les Français dans un totalitarisme doux. 
Jusqu'à quand ?

Manu ad ferum
CD 
Nicolas Bernard Buss faisant l'apprentissage de la démocratie socialiste

mercredi 28 août 2013

Disparition d'Hélie de Saint Marc, la mort d'un grand Français.

Hélie Denoix de Saint Marc

Mes chers Compatriotes, la France vient de perdre l'un de ses plus valeureux soldat et patriote. Peu de chance que ce gouvernement digne descendant des porteurs de valises ne lui rende le moindre hommage. 
Je vous propose à la lecture celui que Jean Sevilla lui a rendu sur le site Boulevard Voltaire.

"Nous le savions lentement aspiré par l’âge et la maladie, mais comme les vieux chênes, tant qu’il vivait et durait, il était là. Et puis est venu ce matin d’été où Hélie de Saint Marc est parti, et nous sommes nombreux, si nombreux, à être tristes. Et pourtant il n’aurait pas aimé notre tristesse, lui qui avait appris à surmonter les épreuves, toutes les épreuves que la vie lui avait infligées.
Quelle image retenir de lui, tant elles se bousculent dans la mémoire ? Enfance bordelaise et périgourdine, milieu de hobereaux désargentés. Sur une cheminée de la demeure familiale trône un buste de Marie-Antoinette. Le père, avocat, lit Charles Maurras mais veille, en 1942, à saluer dans les rues de Bordeaux les passants qui portent l’étoile jaune. Déjà un héritage de fidélité et d’esprit rebelle. Le jeune Hélie est membre d’un réseau de Résistance. En 1943, cherchant à rejoindre les forces combattantes d’Afrique du Nord, il est dénoncé, arrêté. Prison, Compiègne, Buchenwald, puis le camp satellite de Langenstein… Saint Marc en réchappe grâce à un communiste letton qui l’a pris sous sa protection. Quand il est libéré par les Américains, il pèse 42 kilos et ne se rappelle plus son nom.
Ayant frôlé la mort, il n’a plus peur. À 23 ans, il est élève à Saint-Cyr. Avec la Légion, ce sont ensuite deux séjours en Indochine, et cette scène qui le hantera jusqu’à la fin de ses jours : sur ordre du commandement, au cours d’une opération de repli à la frontière de Chine, il devra abandonner des villageois qui avaient fait confiance à l’armée française.
Ce sera ensuite la guerre en Algérie, sous la direction du général Massu, puis le putsch de 1961 dans lequel, commandant par intérim du 1er REP, il entraîne son régiment. Lors de son procès, le soldat perdu expliquera n’avoir pas voulu revivre ce qu’il avait subi en Indochine : trahir la parole donnée.
Condamné à dix ans de réclusion criminelle, gracié en 1966, il entame une carrière civile et mène enfin une vie de famille. Deux décennies d’activité professionnelle où il ressemble – en apparence – à un cadre tel que l’industrie française en emploie des milliers, mais où il mûrit en réalité une réflexion qui s’exprimera, à partir des années 1990, dans ses livres et ses conférences. Témoin et acteur d’événements tragiques, Hélie de Saint Marc devient alors un personnage public, qui raconte et commente ce qu’il a vu. Mais il ne le fait pas comme un ancien combattant ; soit dit avec le respect qu’on doit aux anciens combattants…
Ancien déporté, ancien officier ayant servi dans des guerres perdues, ancien prisonnier, ancien proscrit, Hélie de Saint Marc, quand il se racontait, ne ressassait pas ses malheurs. Au contraire, sans renier ses engagements, il sublimait sa propre histoire, parvenant à une sagesse lucide sur la destinée humaine. Ceux qui avaient l’honneur d’être reçus par lui, à Lyon ou à l’ombre de ses oliviers, dans la Drôme, le constataient : le présent et l’avenir le passionnaient plus encore que le passé.
La foi, la fidélité, l’honneur, le patriotisme, le courage, le don de soi, le service, telles étaient les valeurs qu’il prêchait, avec son profond regard et sa voix sûre, mais calme. « Il faut croire à la grandeur de l’aventure humaine », écrivait-il dans sa Lettre à un jeune de vingt ans. Adieu donc, cher Hélie de Saint Marc, à la douce pitié de Dieu. Vous aussi, à votre manière, vous étiez un Veilleur.
Jean Sevilla