mercredi 29 octobre 2014

Le retour des deux pipeaux




Ainsi donc, comme nous l’apprend dans son billet du jour (1) Parisnormandix, le barde du freluquet, Gilbert Renard était présent lors de la récente cérémonie d’accueil des nouveaux habitants de Bihorel.  Etait-il là pour leur distribuer des bons d’achats d’une grande surface comme Houbron en avait distribué en 2013, Parisnormandix ne le mentionne pas. Non, si l’on en croit le barde officieux de l’Hôtel de ville, Gilbert Renard était présent en tant que conseiller général du canton et non pas en tant que maire de Bois Guillaume. C’est vrai, que lorsqu’on cumule, siège à la Crea, siège de conseiller général et mandat de maire d’une ville comptant 15.000 âmes (j’en oublie sans doute, des mandats, pas des âmes), c’est une priorité pour occuper ses journées et assurer ses nombreuses responsabilités d’élu, de participer aux cérémonies d’accueil des nouveaux administrés d’une commune voisine...

Tout cela mes chers compatriotes, me semble plutôt faire partie d’un plan communication afin d’acclimater progressivement nos esprits au retour à une fusion Bihorel / Bois guillaume. Houbron sait qu’il ne pourra financièrement faire face à son passif de préemptions et autres casseroles qu'il promène derrière lui, dans une période où les dotations d’où qu’elles viennent (état, région, département) constituées de l’argent du contribuable,  baisseront de façon inexorable. Renard de son coté a toujours et encore besoin de logements sociaux.

Les deux pipeaux sont donc de retour et ils peuvent compter sur Parisnormandix pour chanter les louanges de leur projet.

CD 



mercredi 22 octobre 2014

Gérard Filoche



On savait que derrière chaque Trotskiste, sommeillait un flic. Gérard Filoche avec son ignoble"twit" publié après la disparition de Christophe de Margerie, nous a montré qu'il pouvait aussi se réveiller à l'occasion, un gros con bouffi par la haine de classe.

CD

mercredi 15 octobre 2014

La gauche a des "zemmouroïdes"

Libération nous explique comment reconnaitre un juif (réactionnaire)

Mes chers Compatriotes, il semble qu'en ce moment, la gauche ait ses "zemmouroïdes" qui la travaillent. Je sais, deux ans de renoncements et de fiascos dans tous les domaines (économique, financier, social, écologique, moral) cela n'engendre pas la bonne humeur. Mais ce qui la chagrine le plus, la gauche à l'heure actuelle, c'est que si sa pensée est encore dominante dans les médias (lire les tombereaux de boue déversés sur Zemmour et son "Suicide français"), sa pensée n'est plus majoritaire dans le pays.
Pas de bol, même après trente années de déculturation, le peuple de France refuse de disparaitre en continuant à ingurgiter les tisanes à l'angélisme de Terra Nova  et ne se laisse plus évangéliser avec le catéchisme boboïde servi par des sociologues d'état. C'est bête, n'est-ce pas, au moment ou Ninja Ballaud Bécassine voulait passer à l'étape suivante: la ré-éducation du "bon" peuple.

Ils sont quelques uns à focaliser la vindicte de la gauche: Finkielkraut, Lévy, Tribalat, Guilluy, Sorel, Bercoff, Renaud Camus, Zemmour bien sûr, sans oublier leur glorieux ainé Muray. Mais c'est sans nul doute Zemmour qui déclenche le plus cette haine si bien exprimée par la caricature de l’essayiste parue en "une" de Libération. Une caricature au faciès !

Alors cette gauche fétide s'accroche à sa vieille valise qui flotte encore avec à l'intérieur toutes ses indignations et ses discours horrifiés qui lui ont tant rendu service depuis trente ans. Elle tente d’accoquiner Zemmour et Vichy, fait semblant (pour certains, pour d'autres c'est peut-être réellement le cas, déculturation oblige) de croire que le polémiste veut réhabiliter Vichy et cherche à le discréditer en espérant que le bon peuple ne regardera que le bout du doigt de la gauche et qu'ainsi il ne verra pas la lune que Zemmour lui montre.
Que voulez-vous, pour la gauche, le peuple est bête. Pourtant, c'est lui qui vit au quotidien le fait que l'immigration n'est pas forcément une chance pour la France, que le racisme peut être aussi anti-blanc. Alors si en plus un Zemmour vient lui expliquer, au peuple, qu'il paye les délires de tous les Jacques Attali depuis quarante ans, s'en est trop...

Être de gauche, c'est être sûr d'avoir raison. Alors la gauche en 2014 à quelques problèmes avec les libertés. Elle qui a déjà placé pendant un an le principal chef de l'opposition sur écoute, la voici qui maintenant rameute ses officines anti-racistes, subventionnées grassement par le contribuable depuis les années 80, afin qu'elles intiment au CSA d'interdire d'antenne et de presse Zemmour, bref "d'encadrer" la liberté d'expression .

Comme le titrait avec humour Philippe Bilger sur son blog: "Vite une loi contre Eric Zemmour ! "

Grand remplacement ; à Sarcelles, le "Clovis" a cédé la place à un Kebab
CD

samedi 11 octobre 2014

Bihorel échappe (provisoirement) à la faillite

Ainsi l’État français va-t-il donc bien verser, sauf mauvaise surprise, 493.000 euros de plus qu'initialement prévu à la commune de Bihorel, soit un total de 1.633.619 euros. (1)
Par conséquent, notre commune ne sera pas en faillite fin octobre. Enfin pas encore cette fois - ci, car les folles dépenses immobilières du maire lors de ses deux premiers mandats ne sont pas encore soldées et le pire est à venir.

A la lecture de l'accusé de réception du directeur général des services de Bihorel au courrier du directeur des relations avec les collectivités locales de la préfecture, on mesure combien le boulet passa tout près. Pour cela, citons le DGS de Bihorel, François Lemeille:
 "C’est enfin avec  plaisir  et soulagement  que je vous accuse, bien volontiers,  réception de votre courrier de notification  de la DGF 2014 CORRIGEE  de la ville de Bihorel " ...."Je  passe sur les angoisses du personnel ,  les démarches fastidieuses et  le long  temps  d’attente  chaque jour d’une réponse …". 
Voilà qui nous révèle, oh combien du coté du maire pendant ce quasi semestre, on a du serrer les fesses.

Effectivement, que de temps et d'énergie des agents municipaux gaspillés ou encore d'argent des contribuables jeté par les fenêtres à cause d'un projet (fusion) mu uniquement par l'arrivisme du maire. Si parfois l'état peut se tromper, il n'est pas nécessaire de lui fournir des occasions supplémentaires en compliquant la tâche d'une administration obligée de démêler les suites d'un projet guignolesque.

Le responsable de cette pagaille financière et de ce gâchis d’énergie, c'est Pascal Houbron.

Enfin, mes chers Compatriotes n'oublions pas le véritable scandale que constitue l'occultation de la situation pendant sept mois
par le maire et ses complices aux Bihorellais et à leurs élus des oppositions.

CD

(1) Le document de la préfecture:

vendredi 3 octobre 2014

Dimanche en famille



Mes chers Compatriotes, 
je vous propose deux manières de passer un dimanche en famille. Vous pouvez vous rendre le dimanche 5 octobre à 13 heures place Dauphine à Paris ou à 14 heures, place des Quinconces à Bordeaux, ceci afin de participer à la "Manif pour tous" pour dénoncer la destruction systématique de la famille engagée par l'état socialiste depuis deux ans et vous opposer au projet de libéralisation de la PMA et de la GPA du gouvernement Valls, sans oublier la théorie du genre chère à Ninja Ballaud Bécassine.


Autre possibilité, participer aux manifestations des 50 ans de l'église Saint François (quartier des Hauts de Rouen) de notre paroisse Sainte Marie des Nations. Même si ma préférence va au Grégorien, les chants religieux en Wolof que l'on entend régulièrement lors des offices à Saint François ne sont pas faits pour me déplaire tout comme le partage de l'Eucharistie avec ce peuple de chrétiens venu d'un peu partout autour de la planète.
Tous les détails du programme en suivant le lien ci dessous.

CD

mercredi 1 octobre 2014

La gauche a-t-elle encore un avenir ?


Les matins - La gauche a-t-elle encore un avenir ? par franceculture

Offrez-vous 47mn d'intelligence et de culture. Dialogue entre Jacques Juilliard et Jean-Claude Michéa dans les matins de France Culture à l'occasion de la sortie de leur livre "La gauche et le peuple" chez Flammarion.