lundi 22 décembre 2014

La liberté de Zemmour, c’est notre liberté à tous


 



Cliquez ici pour signer l'appel pour le droit au débat démocratique, lancé par la rédaction de la revue Causeur


" Un Premier ministre appelle ses concitoyens à boycotter le livre d’un opposant ; son ministre de l’Intérieur demande sa mise au ban, sur la base d’un truquage éhonté de ses propos; des médias, des associations, des intellectuels dénoncent en boucle l’ennemi du peuple ; des journalistes réclament que l’on fasse taire cette voix dissidente – et se réjouissent bruyamment d’avoir en partie gagné.
Ça ne se passe pas dans la Russie des années 1950, mais dans la France de 2014."

la suite ici:  La liberté de Zemmour, c'est notre liberté à tous

Eric Zemmour répond à Jean Luc Méchancon

jeudi 18 décembre 2014

Nos anciens et nos jeunes vont pouvoir (enfin) rester à Bihorel

Construction en 2015, place de l'église à Bihorel
C'est déjà si loin tout cela, mais je me souviens, comme le disaient les anciens combattants, de la dernière réunion politique du freluquet, 48 heures avant le premier tour des municipales de mars.
Le sortant (hélas non sorti) pour rassurer les Bihorellais déjà bernés par ses boniments, cita "l'expert" Poret pour nous démontrer combien les écolos-socialos alliés à la droite extrême (votre serviteur, dixit le candidat UDI) désinformaient la population lorsqu'ils expliquaient que 200 logements seraient un minimum à construire pour rentabiliser le projet pharaonique de la place de l'église, de celui "qui n'avait pas de projet". Le brave Poret, en si bon expert, avait affirmé, c'est en tout cas ce qu'Houbron lui fit dire que s'il arrivait à construire 20 logements neufs sur tout le pourtour de la place, ce serait bien le maximum...
Aujourd'hui, en voilà déjà 21 d'officialisés (1)! Vingt et un qui vont être construits en lieu et place de la maison Bompard. Et ce n'est qu'un début...Pour le combat, que les con-cernés de la place (et ses alentours) se débrouillent avec la suite qui ne manquera pas de venir.
Enfin, me souvenant des mièvreries énoncées sur le ton larmoyant qui seul appartient à Pascal Houbron lorsqu'il bourre le mou de ses administrés, j'ai hâte de connaitre le prix du mètre carré de ces logements construits grâce à son PLU de maçon. Un PLU, faut-il le rappeler, écrit afin de permettre, je cite notre maire à tous, "à nos anciens et à nos jeunes de rester à Bihorel". Enfin juste contre un (très) gros chèque, bien supérieur aux moyens financiers de la plus part d'entre eux. Il sera intéressant au moment de la livraison des appartements, de compter combien de Bihorellais (de souche, je plaisante) se seront portés acquéreurs.
Mes chers Compatriotes, à Bihorel aussi, commence un grand remplacement.
CD
(1) voir ici l'article  PN du 17 décembre

mercredi 17 décembre 2014

Régis Debray publie "l'Erreur de calcul"




Jacques Attali et Régis Debray furent tous deux, conseillers de François Mitterrand. Signe des temps, si le premier a l'oreille de "moi-président", ce dernier ferait bien de retirer sa chapka pour écouter le second. 
Régis Debray a publié en octobre "l'Erreur de calcul" un petit livre (par la taille) dont la lecture est relativement aisée, toutes choses égales par ailleurs. Il y est question du tout économique et de la pauvreté intellectuelle du quinquennat en cours. Je vous conseille, soit de vous offrir, de vous faire offrir ou d'offrir ce livre. Ce sera un cadeau intelligent, le cerveau n'ayant rien contre un peu d'exercice.
En voici une version condensée parue dans le Monde Diplomatique.
Bonne lecture
CD

L’erreur de calcul
par Régis Debray - octobre 2014
(voici le texte de l'article paru dans Le Monde Diplo)
Les déclarations d’amour marquent rarement un tournant historique, mais nos annales retiendront le « j’aime l’entreprise » lancé par notre premier ministre au Mouvement des entreprises de France (Medef) un jour d’août 2014. Les cris du cœur ont leur ambiguïté. Comment interpréter celui-ci ?
Une effusion
L’apprenti Chateaubriand se tournera vers le passé. Goûter, c’est comparer. En 1945, le patronat, mis au piquet après ses compromissions avec l’occupant, vint demander l’aman au chef du gouvernement, le général de Gaulle. Lequel, peu rancunier, le lui donna. Deux républiques plus tard, le chef de gouvernement, pour excuser ses mauvaises fréquentations passées, est venu demander l’aval du patronat, qui ne le lui chipota pas. Un prêté pour un rendu. L’homme d’affaires ne se dérange plus. Il reçoit l’homme d’Etat. Les importants ont permuté.
L’émule de Bourdieu, moins sentimental,........La suite ici Erreur de calcul


lundi 15 décembre 2014

Conseil municipal

Édile et berniques

Pour les deux ou trois Bihorellais que cela intéresse encore, conseil municipal ce jeudi 18 décembre à 19h00 lieu habituel.


ordre du jour etc... en cliquant ici: note de synthèse

jeudi 11 décembre 2014

J'ai deux Zemmour !

Dans les années 30 (de sinistre mémoire), Joséphine Baker chantait "j'ai deux amours". Moi, j'ai deux Zemmour à vous proposer ou plutôt deux chroniques de l'auteur de l'ouvrage de résistance "le suicide français". La première sur la loi Macron et la deuxième sur les crèches de Noël.  
Bonne écoute
CD



Éric Zemmour : "La piétaille judiciaire... par rtl-fr

lundi 8 décembre 2014

Joseph, Marie et l’âne toujours personae non gratae 2.000 ans plus tard…



Par Gabrielle Cluzel (Boulevard Voltaire)
L’histoire se répète : comme il y a 2.000 ans et des poussières, à la veille de la Nativité, saint Joseph, l’âne et la Vierge se font virer par les honnêtes gens. Ils sont personae non gratae. Au train où on y va, ils vont finir dans une étable.
Cette fois, c’est du conseil général de Vendée qu’on les prie de déguerpir. Le tribunal administratif de Nantes a jugé que la crèche installée dans le hall d’accueil (à l’initiative, en son temps, de Philippe de Villiers) était un « symbole religieux incompatible avec la neutralité du service public » . « C’est une crèche de la nativité, donc c’est un emblème religieux, d’une religion particulière » a déclaré de son côté l’association la Libre Pensée, à l’origine du recours.
En 2010, dans le petit village de Montiers, la Libre Pensée avait déjà obtenu du tribunal administratif d’Amiens la disparition de la crèche sur la place de la mairie. Forte de ses succès, pourquoi s’arrêterait-elle en si bon chemin ? La crèche à la mairie de Béziers, installée par Robert Ménard, est, elle aussi, on le sait, objet de scandale : un élu PCF local, indigné, a saisi le sous-préfet. Une crèche pour Noël ? Il est vrai que c’est stupéfiant, délirant, à peine croyable. Et pourquoi pas aussi un sapin et des boules, tant qu’on y est ?........

samedi 6 décembre 2014

Retraite Chapeau

Moi-Président et un collègue
Tout d'abord, mes chers Compatriotes, permettez moi de remercier ici très sincèrement, les cinquante et quelques pour cent d'électeurs qui ont voté en mai 2012 en faveur de Moi-Président. En effet grâce à eux, de mémoire d'électeur de la Vème république, jamais on ne s'était autant fendu la poire et le reste du monde avec nous que depuis deux ans et demi . Si, si, vraiment Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs de gauche, si je puis dire, chapeau !

Mes chers Compatriotes, hier une partie du mystère François Hollande s'est levée. Comme moi depuis son élection, vous vous demandiez pourquoi il semblait affectionner tout particulièrement l'échec politique, économique, social et pourquoi il mettait un point d'honneur à faire grimper son impopularité qui, tout comme les chiffres du chômage, explore des sommets jusqu'alors jamais atteints. 
Hier le voile s'est levé. C'est tout simplement qu'il ne veut pas être réélu et qu'il a hâte de toucher sa retraite.
36.000 euros par mois, une retraite très "peuple" et de gauche, soit quatre fois ce qu'il perçoit aujourd'hui, alors évidemment tout s'explique. 36.000 euros (le freluquet doit pâlir de jalousie) en cumulant retraites de conseiller de cela, président de ceci, membre du machin, fonctionnaire pendant cinq ans qui se transforme en trente deux, bref du grand art !
Alors franchement, si jamais il lui venait l'envie de faire valoir les droits que lui ouvre son compte pénibilité (car lorsque l'on a eu pour compagnes Ségolène Royale et Valérie Trierweiler, on a connu la pénibilité au quotidien) et de demander une retraite anticipée, je suis certain qu'au minimum 87% des Français la lui accorderaient sans exiger de lui qu'il renonçât à sa retraite chapeau.
Ah, décidément, si au lieu de nous taxer chaque jour un peu plus, la gauche pouvait nous faire rêver et rigoler comme cela, elle serait pas belle la vie ?
CD

vendredi 5 décembre 2014

Tenue correcte exigée

cliquez pour agrandir

A dire vrai, mes chers Compatriotes, je ne sais que penser de cette affichette qui a été glissée dans ma boite à lettres. L'officine financière et organisatrice de cette "présentation" s’enorgueillit de la présence "exceptionnelle de Pascal Houbron" et reste bien mystérieuse. Il est précisé que la participation à cette réunion est gratuite. Sage précaution car je ne connais pas un Bihorellais qui serait prêt à débourser le moindre centime pour écouter bonimenter Houbron.
La thématique laisse à penser qu'il s'agit d'une réunion lors de laquelle des sujets financiers seront abordés. A cet instant, je me demande si notre maire à tous est bien l'expert "exceptionnel" à convier dans ce domaine, lui qui peine déjà à bâtir autre chose que des budgets brinquebalants pour notre commune. Franchement, forts de votre expérience de contribuables bihorellais, mes chers Compatriotes, lui confieriez-vous vos économies ? 
Alors, à la question "comment réduire ses factures ?", Houbron n'est certainement pas le plus à même  pour nous conseiller, lui qui s'est empressé sitôt ré-élu en mars dernier, d'alourdir encore la facture de nos impôts locaux.
L'autre thème proposé "comment compléter ses revenus simplement" me parait être bien plus dans ses cordes. Pour cela, il suffit d'avoir un emploi qui laisse du temps libre, par exemple à la poste, de se faire élire maire et de fixer ses indemnités au maximum de ce qu'autorise la loi puis de profiter du système de la Crea (tout en le critiquant) et d'empocher là encore des indemnités de vice-président chargé de peigner la girafe (1). Vous me rétorquerez que d'autres créatures politiques font beaucoup plus fort comme les six démissionnaires en deux ans dans l'entourage (exemplaire comme sa république) de François Hollande, mais là vous en conviendrez avec moi, c'est beaucoup plus risqué.
Bien sûr, cette "présentation" pose des questions plus sérieuses, sur lesquelles je reviendrai lorsque j'aurai de plus amples informations.
Mais je ne peux pas conclure ce billet sans m'arrêter sur ce qui m'a bien fait rire (quoique...). "Tenue correcte exigée" est-il mentionné. Avaient-ils peur que des Bihorellais se pointent dans le plus simple appareil avec une plume dans le "luc" ou les organisateurs et leur vedette nous prennent-ils pour des culs terreux ?
Finalement, je me demande si tout cela n'était pas en fait qu'une bonne plaisanterie ? On sait notre maire gai-luron, jamais avare d'une bonne farce (la fusion) et je me demande si cette affichette n'annonçait pas tout simplement le spectacle de Noël pour les petits et les grands de la commune avec à la clef, sa participation "exceptionnelle" ?
CD

(1) Pascal Houbron était chargé à la Crea jusqu'au printemps 2014, "des politiques européennes". Il émarge maintenant au Conseil Régional.