"A force de ne pas parler des choses, par élégance, on ne dit rien, et on l'a dans le cul !"

Louis Ferdinand Céline

dimanche 31 juillet 2016

Face à face avec les terroristes de Saint-Étienne-du-Rouvray : le témoignage des religieuses otages



Des jeunes turbulents qui squattent leurs escaliers et promettent, dans le même
temps, de surveiller leur voiture. Anciennes éducatrice pour enfants, professeure en
lycée professionnel ou infirmière, ces trois soeurs de Saint-Vincent-de-Paul en ont
déjà côtoyés lors de leurs missions respectives en Normandie, Bretagne, Nord et
région parisienne. Être au coeur des quartiers difficiles et au plus près des démunis,
c’est l’ADN de leur ordre depuis plus de cent cinquante ans. Mais des terroristes, les
trois femmes, désormais aux cheveux blancs, n’auraient jamais songé en croiser sur
leur chemin. Et surtout pas à Saint-Étienne-du-Rouvray, banlieue rouge de
l’agglomération rouennaise, où retraitées, elles vivent en communauté avec une
autre soeur. L’amitié entre musulmans et catholiques s’y pratique au quotidien : la
paroisse Sainte-Thérèse, située vers le bas de la ville, a cédé un bout de terrain à la
mosquée mitoyenne pour permettre à la communauté maghrébine d’avoir un
chemin d’accès. Les jours de fête, elle accueille, sur sa pelouse, les fidèles restés
dehors, qui en échange apportent des pâtisseries orientales.

la SUITE ICI



jeudi 28 juillet 2016

Saint Etienne du Rouvray, un morceau de France éternelle





C’est une petite église comme on en construisait dans les campagnes de la France au XVIème siècle. Elle porte le beau nom de Saint Etienne, premier martyr chrétien, comme un symbole prémonitoire.

 J’aime ces églises romanes ou pré-gothiques dont Maurice Barrès a si bien parlé dans son livre « la grande pitié des églises de France ». J’aime le grincement de leurs portails, l’odeur des cierges qu’on y brûle, celle du salpêtre cette odeur du temps qui passe et celle de la poussière des siècles, si prisée des antiquaires. J’aime leurs bancs et leurs agenouilloirs de bois usés par les prières et les génuflexions de nos ancêtres. J’aime la pierre creusée de leur sol par le pas des fidèles marchant vers l’autel pour y recevoir l’eucharistie. Ici, tout appelle au chant Grégorien, même si la présence d'un orgue indique que Jean Seb n'est jamais bien loin...
 

Ces églises ont toutes quelque chose de remarquable ; un triptyque, une vierge en majesté, un retable, un baptistère vieux de plusieurs siècles par lequel tant de petits Français sont entrés dans le peuple de Dieu. 
Combien de baptêmes, de communions, de confirmations, de mariages et d’obsèques célébrés entre leurs murs par la longue liste de curés qui s’y sont succédés au fil des siècles ? Combien virent-elles, ces églises, passer de Pâques, de Noël, de Pentecôte, d’Ascension, d’Assomption, de Toussaint sans compter les fêtes oubliées de nos jours ? Combien de péchés avoués dans ces vieux confessionnaux, de sermons prononcés du haut de leurs chaires ?


Les cloches de l’église Saint Étienne ont rythmé le quotidien, les peurs et les joies de ses paroissiens depuis cinq siècles et en ce mardi matin de juillet 2016, elles auraient pu sonner le tocsin pour annoncer le retour des barbares, comme le faisaient celles des abbayes situées le long de la seine pour prévenir de l’arrivée des pilleurs venus par la mer. Les cloches ont dû sonner l’heure funeste où pour la première fois en France depuis l’époque des révolutionnaires chers à Mélanchon ou depuis l’époque des nazis, on a assassiné devant l’autel, un prêtre célébrant la messe.

                                                                                                                                                                                   Je ne suis pas un paroissien stéphanais mais si je l’avais été, j’aurais pu assister à cet office tragique. J’aime retrouver pour prier avec elles, ces petites communautés chrétiennes aux heures de l’Angélus, rassemblées comme le furent dans les cryptes ou les grottes les premiers fidèles de l’Église primitive. 
J’aurais écouté le Père Jacques Hamel, prêtre qui depuis 58 ans a vu et entendu la misère humaine, physique et spirituelle passer devant lui et cherchant toujours à alléger par la parole du Christ cette souffrance. Je me souviens de sa voix devenue frêle avec l’âge mais dont la force de l’espérance était toujours là prononçant lors d’obsèques, quelques mots pour soulager la douleur de notre famille endeuillée.


Il en fut ainsi durant des siècles et il aurait pu en être ainsi longtemps encore mais c’était sans compter avec l’arrivée du lumpen islamo-fasciste des banlieues. 
Un vers dans un si beau fruit ; la France. 

Les fantoches qui nous gouvernent ne savent que répéter les mêmes mantras éculés. Renvoyons ces mous. Si la prière est effectivement la première arme pour un chrétien, nous devons, mes chers Compatriotes, nous réarmer physiquement et spirituellement.

Gesta Dei per Francos

CD

Une réponse déterminée sans aucun état d'âme...



Dans un communiqué reçu mercredi à la rédaction Corse-Matin d'Ajaccio, les clandestins du FLNC du 22-Octobre reviennent sur les attentats islamistes commis ces derniers mois en France et dans le monde.

L'organisation adresse un triple message en s'adressant "aux musulmans de Corse", "aux islamistes radicaux de Corse" et "à l'Etat français".

Aux premiers, le FLNC demande de "prendre position en manifestant à nos côtés contre l'islam radical (...) en nous signalant des dérives que vous constateriez chez des jeunes désoeuvrés, tentés par la radicalisation".

Les clandestins en appellent à la "communauté de destin" pour "vaincre l'EI" si ce dernier revendiquait des actions "sur notre sol".

S'adressant aux "islamistes radicaux" qualifiés de "prêcheurs de la mort" : "Votre philosophie moyenâgeuse ne nous effraie pas (...) Sachez que toute attaque
contre notre peuple connaîtrait de notre part une réponse déterminée sans aucun état d'âme."

Enfin, les militants du 22-Octobre pointent la responsabilité de l'Occident - et donc de la France - dans la situation actuelle au Moyen-Orient.

"Il faudra que la France cesse sa propension à intervenir militairement et vouloir donner des leçons de démocratie à la terre entière si elle veut éviter que les conflits qu'elle sème à travers le monde ne reviennent comme un boomerang sur son sol."

mercredi 27 juillet 2016

Padamalgam / Jean Paul Brighelli

 

Je ne parlerai pas des martyrs de Charlie. Car je risquerais de parler de l’Islam, et l’Islam est une religion de paix et d’amour.

Je ne disserterai pas sur les massacres du Bataclan et d’ailleurs. Car je risquerais de parler de l’Islam, et l’Islam est une religion de paix et d’amour.

Je n’évoquerai pas les tueries de Boko Aram, de l’AQMI, d’Al-Qaida, d’Al-Nosra et d’une foule d’autres groupes d’assassins organisés, en Syrie et ailleurs, au nom du Prophète, sur lui la paix et la lumière. Car je risquerais de parler de l’Islam, et l’Islam est une religion de paix et d’amour.

Je ne dirai rien des 200 et quelques morts tués dans un attentat à Bagdad le 3 juillet, ni des 15 autres tués dans la même ville le 25, ni… Car je risquerais de parler de l’Islam, et l’Islam est une religion de paix et d’amour.

Et j’ai eu tort de parler ici-même des infidèles tués au musée du Bardo l’année dernière. Car j’ai pris le risque de parler de l’Islam, et l’Islam est une religion de paix et d’amour.

Je ne rappellerai pas, pas même pour mémoire, les centaines de viols perpétrés à Cologne, entre autres, au dernier Jour de l’An — Bonne année ! Car je risquerais de parler de l’Islam, et l’Islam est une religion de paix et d’amour.

la suite ICI 

François Hollande, l'homme de la situation ?





mardi 26 juillet 2016

La gauche qui pue de la gueule


Tweet d'un journaliste de Libération

le Père Jacques Hamel, mort en martyr


L'émotion est forte, le Père Jacques Hamel avait célébré les obsèques de plusieurs membres de ma famille ces dernières années. Aujourd'hui c'est le temps de la prière et du recueillement pour celui qui est mort en martyr ce matin en célébrant l'Eucharistie. 
Le Père Jacques Hamel servait l’Église depuis 1958, date à laquelle il fut ordonné prêtre. Il avait 86 ans...

samedi 23 juillet 2016

Sophisme (quoique ?)




La gauche, nous dit-on, est écologique. Les gens de gauche sont des écologistes et l'écologie serait de gauche. 
La métropole est de gauche et la ville de Rouen également. Donc, abattre 47 platanes centenaires pour faire place à des forains le temps de la foire Saint Romain (4 semaines par an) et bien c'est écologique...
 


mercredi 20 juillet 2016

Patriote

mardi 19 juillet 2016

JE SUIS (à compléter)



Mes chers Compatriotes, au rythme où vont les choses, je ne sais pas en commençant ce billet, ce qu'il faudra écrire sur l'ardoise lorsque j'aurai fini de le rédiger : "Nice", "Allemagne ", "Hautes Alpes" ou bien encore le nom d'un autre endroit où une "chance pour la France" aura frappé le temps que j'écrive ces quelques lignes ?
On a même failli écrire hier au soir "Jullouville", située dans la Manche, où un "déséquilibré", un "déprimé", voire les deux d'après les autorités, a crié sur la plage "Allahu Akbar, je vais tous vous tuer". Mais attention, il est beaucoup trop tôt pour tirer des conclusions, l'enquête établira etc...et surtout "pas d'amalgame". Vous connaissez le refrain que l'on nous sérine depuis 18 mois.

Les pros de l'hommage post-mortem Hollande/Valls/Cazeneuve nous proposent ad nauseam, les mêmes recettes; prolongation de l'état d'urgence, opération sentinelle, frappes contre l'état islamique etc...Recettes qui ont montré leur inefficacité si on ne leur adjoint pas quelques mesures plus musclées.
La France est une barque qui sombre sous la marée islamiste, mais ceux qui nous dirigent ne proposent que des bouées, des bottes en caoutchouc, des maillots de bain alors qu'il faudrait fermer le robinet et mettre en route la pompe qui refoulerait l'eau déjà au fond...

Valls, hier, s'est indigné des huées qui l'ont accueilli à Nice. Personnellement ce que je trouve indigne, c'est que ce gouvernement qui a 250 morts à son compteur suite aux attentats islamistes en 18 mois, n'ait pas encore démissionné.

Le même Valls récemment, nous délivrait comme message d'espoir et de combat "il va falloir que les Français s'habituent à vivre avec le terrorisme". 
Imagine-t-on le Général de Gaulle lors de son appel de juin 1940 déclarer "il va falloir que les Français s'habituent à l'occupation et à la barbarie nazie" ? 

Poser la question, c'est y répondre. Le Général, lui n'avait pas le pantalon sur les chaussures...

CD





dimanche 17 juillet 2016

Une riposte sans pitié


L'ÉDITORIAL D'ALEXIS BRÉZET /Figaro du 15/07/2016

Merah, Charlie, le Bataclan, Magnanville, et maintenant Nice… Combien de temps avant que nos yeux se dessillent? Combien d'attentats sauvages, de massacres aveugles avant que nos dirigeants se résignent à admettre que le fanatisme islamiste a engagé une lutte à mort contre notre pays et notre civilisation? Combien de victimes innocentes - hommes, femmes et enfants - avant que nos gouvernants se décident enfin à prendre contre ces fous d'Allah les mesures sans pitié qu'appelle leur barbarie?

Merah, Charlie, le Bataclan, Magnanville, et maintenant Nice… Plus de deux cents noms gravés dans la mémoire de notre pays, et toujours les mêmes coups de menton, les mêmes déclarations solennelles, les mêmes trémolos dans la voix. Et ensuite? Quelques soldats supplémentaires dans les rues, quelques rustines législatives, quelques bombardements lointains, et puis, plus rien…

la suite ici

samedi 16 juillet 2016

Conditions de détention

il ira danser, chez gégène

Avec son avocat porteur de valises, Salah abdeshmachinchose se plaint de ses conditions de détention. 

C'est vrai, il a raison. L'état français devrait, au moins, lui mettre l'électricité...Pour un habitué du coran alternatif, moitié loukoum, moitié cigüe comme disait Audiard.

 CD




vendredi 15 juillet 2016

jeudi 14 juillet 2016

14 Juillet, l'annonce de Fanfan la Teinture



Tout le monde attendait l'annonce du stagiaire de l’Élysée pour qui c'est aujourd'hui (sauf catastrophe nationale) le dernier 14 juillet en tant que résident du palais de la République situé rue du Faubourg Saint Honoré.
Fanfan la Teinture nous a donc annoncé, avec son cortège de "euh, euh" habituel, avoir viré son coiffeur et l'avoir remplacé par un Emmanuel Macron qui, je cite, "coûte moins cher à la république". 
Ce dernier a immédiatement pris ses nouvelles fonctions et dans l'heure, s'est chargé de "relooker" François Hollande afin qu'il ait toutes ses chances pour 2017.
CD



lundi 11 juillet 2016

Le style du hussard

mourir en Aston Martin

le style du hussard, c’est le désespoir avec l’allégresse, le pessimisme avec la gaieté, la piété avec l’humour.
C’est un refus avec un appel. C’est une enfance avec son secret.
C’est l’honneur avec le courage et le courage avec la désinvolture.
C’est une fierté avec un charme ; ce charme-là hérissé de pointes.
C’est une force avec son abandon. C’est une fidélité.
C’est une élégance. C’est une allure.
C’est ce qui ne sert aucune carrière sous aucun régime.
C’est le conte d’Andersen quand on montre du doigt le roi nu.
C’est la chouannerie sous la Convention.
C’est le christianisme des catacombes.
C’est le passé sous le regard de l’avenir et la mort sous celui de la vie.
C’est la solitude et le danger. Bref, c’est le dandysme.”

Roger Nimier, Le grand d’Espagne

Désillusion




dimanche 10 juillet 2016

Un "petit" blanc qualifie la France



Jeudi soir, à la 47ème minute, lorsque Antoine Griezmann s'est approché du ballon pour tenter son penalty, j'ai pensé à l'image de Michel Platini tenant la main de son copain Patrick Battiston allongé sur une civière.
Puis à la 72ème minute, à l'instant où Griezmann envoyait Neuer aux fraises pour la deuxième fois, s’effaçait le souvenir de Maxime Bossis, accroupi au point de penalty après avoir raté le sien et celui de cette grande saucisse de Hrubesch exultant après avoir réussi ce penalty qui privait la France de la finale du mondial espagnol.
La longue nuit de Séville 82 prenait fin, 34 ans après...
CD

jeudi 7 juillet 2016

La revanche de Reichshoffen ?


Mes chers Compatriotes, il parait qu'en 14-18 les régiments français de soldats africains effrayaient les Prussiens, et bien ce soir, ils vont être servis. 
Blague à part, si lorsqu'une équipe de football ou de rugby affronte celle des Anglais, il est toujours question de Jeanne D'Arc et bien lorsqu'il s'agit des Allemands, les première et seconde guerres mondiales ne sont jamais bien loin dans le folklore qui entoure ces matchs. Séville 82 avec Horst Hrubesch et Harald Schumacher, ne fit que prolonger le sentiment d'un besoin de revanche.

Les pessimistes penseront que ce soir, ce sera plutôt juin 40 mais la comparaison est déjà prise par le Parti Socialiste qui, effrayé par quelques dizaines de casseurs, a renoncé à son université d'été à Nantes, nous rappelant ainsi les images de la célèbre débâcle et qu'à gauche, un certain esprit français "courage fuyons" était toujours bien vivant...
Non, finalement j'ai opté pour la guerre de 1870 et la bataille de Reichshoffen avec sa charge héroïque des Cuirassiers français, charge totalement inutile d'un point de vue militaire mais tellement symbolique de cet esprit français de droite qui veut que même (et surtout) si tout est perdu, on meurt avec panache !
Qui se souvient encore aujourd'hui de cette bataille, certainement pas nos bacheliers tout frais moulus qui hier twittaient  "Bac obtenu avec mension bien".
J'ai choisi pour illustrer ce billet, une version quelque peu dévoyée de la bataille de Reichshoffen, de celles que l'on exécute après force libations, mais qui, pour l'avoir pratiquée à plusieurs reprises, est assez sportive.

Si les casques à pointe l'emportaient encore ce soir, essayez, cela vous calmera...
CD 






 

mercredi 6 juillet 2016

Presse française : qui possède quoi

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Cette infographie sur la presse française est une refonte de la carte du Parti de la presse et de l’argent (PPA) réalisée pour Le Plan B en 2007 et mise à jour à l’occasion de la sortie du documentaire Les Nouveau Chiens de garde en 2012.


https://www.monde-diplomatique.fr/cartes/ppa