"A force de ne pas parler des choses, par élégance, on ne dit rien, et on l'a dans le cul !"

Louis Ferdinand Céline

dimanche 30 avril 2017

Quand le grand père spirituel de Macron, fleurissait la tombe du Maréchal Pétain



Ah, Pauvre Maréchal ! Le voici, une fois encore, convoqué par l'actualité. C'est un réflexe pavlovien de la gauche et de la droite chochotte colonisée par l'idéologie de gauche. Dès qu'un patriote montre le bout de son nez, ils nous resservent des pastilles Vichy.

Il me semble utile, une fois encore sur ce blog, de replacer l'église au milieu du village en rappelant quelques vérités historiques, assez éloignées de la bouillie révisionniste servie durant cette élection présidentielle par des journaleux incultes, partiaux et inféodés à leurs propriétaires financiers.

En 1940, le Maréchal n'est pas arrivé  à la tête de la France par hasard. Après la débâcle de mai et juin de la même année (débâcle due au pacifisme bêlant de la gauche, relire Marc Bloch), c'est le sénat et l'assemblée nationale issus du Front Populaire (socialistes et communistes) qui votèrent les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain.  Faut-il rappeler que les Doriot, Laval et Déa, principaux acteurs de la collaboration avec l'Allemagne, étaient de gauche et que Maurice Thorez, le Jean Luc Méchancon de l'époque, fila comme un péteux se planquer à Moscou durant la totalité de la guerre...

Et coté De Gaulle, me demanderez-vous, mes chers Compatriotes, qui retrouva-t-on ?  
 «  A Londres, j’ai croisé la cagoule et la synagogue ». Cette phrase du Général donne à elle seule, la réponse. En juin 40, les premiers résistants autour de lui furent des juifs, quelques hommes de sac et de corde et des patriotes de droite.

Plus près de nous, François Mitterrand, l'idole de la gauche bobo et people, fut décoré de la Francisque par le Maréchal en personne et pendant ses deux septennats fit fleurir chaque année, la tombe du Maréchal Pétain.
Si François Hollande s'est réclamé comme étant le fils spirituel de François Mitterrand et le père spirituel d'Emmanuel Macron et bien on voit là que le grand père spirituel de Macron fleurissait tous les ans la tombe du Maréchal Pétain ! 

Enfin, à tous les "Jean Moulin de foire du trône" qui repartent ces temps-ci dans une grande quinzaine anti-Le Pen, je ne saurais trop leur conseiller d'éviter de porter un jugement sur l'histoire d'hier avec leurs yeux d'aujourd'hui, yeux d'autant mal éclairés qu'ils le sont par l'enseignement dispensé par la fabrique nationale à crétins, réductrice de cerveaux et d'esprit critique.

CD 






samedi 29 avril 2017

Samedi soir







Français, réveillez-vous !



Chers amis, chers compagnons,

Les circonstances exceptionnelles dans laquelle la France se trouve me conduisent à m'adresser directement à vous. Tant d'années passées ensemble, tant d'efforts communs, tant de sacrifices au service de notre pays. Nous avons toujours eu des relations de confiance aussi me dois-je de vous faire part, après la réunion de deux conseils nationaux (lundi et aujourd'hui) de mon choix pour le second tour de l'élection présidentielle.

1,7 millions de Français m'ont accordé leur confiance, Debout la France est désormais solidement implanté au cœur du paysage politique français. Ce score nous confère d'immenses responsabilités.

Je refuse de laisser la France à Emmanuel Macron, je refuse cette mondialisation débridée que nous promettent ceux qui ont saccagé la France, je refuse de voir notre « cher et vieux pays » soumis à des technocrates et des financiers bruxellois non élus. Je refuse de cautionner la politique menée depuis vingt ans que le candidat Macron veut amplifier au risque de briser définitivement notre pacte social.

La France est en danger de mort, menacée dans son essence, ses valeurs.

Opposé radicalement aux idées de M. Macron, je supporte difficilement la collusion d'intérêts particuliers qui a saboté la campagne présidentielle au profit d'un seul candidat, celui d'une oligarchie qui se moque du peuple. Je trouve indécente la rapidité avec laquelle de nombreux élus des Républicains et du centre se précipitent pour soutenir celui qu'ils combattaient hier.

Notre engagement gaulliste et républicain nous oblige à sauver notre patrie en danger.
Par confort personnel, j'aurais pu choisir une position intermédiaire : le vote blanc ou l'abstention mais j'estime que cela ne serait pas digne de se dérober ainsi.

J'ai décidé de m'opposer par tous les moyens à Emmanuel Macron et donc de soutenir Marine Le Pen pour le deuxième tour de cette élection présidentielle.

Cet appui n'est pas un chèque en blanc car j'ai négocié un vrai partenariat qui garantit l'indépendance totale de notre mouvement. Nous présenterons d'ailleurs des candidats partout, y compris face à des candidats Front National, aux législatives pour perpétuer notre mouvement et garder notre liberté.

Nous avons aussi conclu un accord de gouvernement qui s'inspire de mon projet présidentiel et permet de surcroît d'éclaircir et d'infléchir le programme de Marine Le Pen, respectant ainsi les fondamentaux du gaullisme social qui est notre colonne vertébrale. Le détail vous sera communiqué demain à l'issue d'une conférence de presse.

Je sais combien ce geste politique peut vous surprendre, même pour certains vous ébranler. J'y ai réfléchi plusieurs jours et plusieurs nuits. J'ai entendu pendant près de 10 heures les membres du Conseil national, j'ai écouté chaque intervention avec la plus grande attention.

Les polémiques ne vont pas manquer, les caricatures aussi. Mais l'Histoire n'attend pas et il faut savoir dépasser sa personne comme son appartenance partisane pour pouvoir sauver son pays.

Vous connaissez mon caractère, je serai le gardien vigilant de notre patriotisme humaniste et je vous dirai toujours la vérité sur le fonctionnement de cette alliance.

Je n'ai jamais trahi mes idéaux et ne les trahirai jamais. Quand le destin de la France est en jeu, il est du devoir de chacun de prendre ses responsabilités.

Je sais pouvoir compter sur votre abnégation, votre courage et votre amour de la France.

Nicolas Dupont Aignan

Président de Debout la France



mercredi 26 avril 2017

Les ouvriers de Whirlpool: des têtes de détails de l'Histoire




Jacques Attali, éternel troubadour de la mondialisation, nous donne depuis quelques années fréquemment la nausée. Aujourd'hui sans doute encore plus que d'habitude, en déclarant que les salariés de Whirlpool étaient une "anecdote". Un détail de l'Histoire en quelque sorte de la guerre économique...
Comment imaginer, mes chers Compatriotes, voter le 7 mai comme ce gros fat visqueux, méprisant une grande partie du peuple français et impassible face à l'extermination du monde ouvrier, mieux en l’approuvant et s'en félicitant .   
Pour le rééduquer, je proposerais volontiers de l'envoyer visser des tambours de machines à laver chez Whirlpool Pologne avec bien évidemment le salaire local, les semaines de 50 heures, sans protection sociale, ni congés payés ni perceptive de retraite,  tout en vivant dans les préfabriqués réservés à la main d’œuvre roumaine ou bulgare de cette usine et cela jusqu'à la fin du chômage, de la précarité et de la misère en Europe, si ce n'est sur tous les continents, histoire de lui apprendre combien elle est belle et joyeuse son "union européenne" chérie et heureuse sa mondialisation...

CD

ps: Attali faisait parti de la "petite sauterie" dimanche soir à la Rotonde organisée par Macron



lundi 24 avril 2017

23 avril





"Il était tellement heureux qu'il aurait donné de l'argent à un pauvre." 

Gustave Flaubert




Courtisan

Relire mon billet de ce samedi...

Ha, pendant que nous y sommes, une remarque sur la forme. Toujours aussi nul en orthographe, le freluquet. "les résultats de ce soir nous impose", n'y aurait-il pas "ent" à la fin de "nous impose" puisque ce sont "les résultats" ?



samedi 22 avril 2017

Samedi soir








En marche, les freluquets ?



Cette campagne de premier tour est enfin terminée et c'est un soupir de soulagement que l'on a envie de pousser tant elle fut pitoyable. Un quarteron de journaleux et de magistrats rouges en sont les responsables tout comme la cupidité de plusieurs candidats. Mais en la matière, quoi de neuf depuis le livre de Denis Robert "Pendant les affaires, les affaires continuent" sorti en 1996 ? Rien, toujours ces mêmes histoires de pots de confitures et de doigts qui trempent dedans. 
Le débat nous a été volé par des médias avides de faire de l'audience, de vendre du papier et surtout trop heureux de pouvoir éviter les questions qui fâchent mais qui le 8 mai au matin seront toujours d'une cruelle acuité. Même "Mohamed" semblait regretter que l'on ne parlât pas de lui puisqu'il est venu se rappeler à notre mauvais souvenir, trois jours avant le scrutin.
Les journaleux bien pensants, les "experts" autoproclamés auront passé trois mois à commenter les sondages, la montée ou la descente d'untel ou de tel autre, quant au fond, rien à battre, on en parlera peut-être dans cinq ans...Malheureusement, au rythme où progresse la crétinerie (il n'est qu'à observer le niveau des "nouveaux", journaleux ou politiques) pour se convaincre que cela sera pire en 2022...

C'est pour ces raisons que j'ai assez peu commenté ici cette campagne et que j'irai demain, sans grand enthousiasme, ni illusion d'ailleurs, déposer dans l'urne un bulletin souverainiste. Mais je n'ai pu m'empêcher de garder un œil sur nos politicards de bas étages locaux. Le compte "twitter" de notre maire à tous, est assez intéressant. 
"Juppéïste" inconditionnel à l'heure où les sondages donnaient le vieillissant psycho-rigide dans ses bottes déjà élu président, il fallut un quart de seconde à Pascal Houbron pour devenir "Filloniste" dès le résultat de la primaire de droite. Mais vinrent bientôt les soupçons d'emplois fictifs et depuis la mi-janvier, quasiment plus un mot sur la campagne présidentielle. Le compte twitter de notre bon maire, s'est transformé en annexe du journal l’Équipe et si vous souhaitiez connaitre le résultat du match Sassetot le mauconduit / Ecreteville les Baons, il suffisait de se rendre sur son compte twitter.
Même hier soir, pour la clôture de la campagne, pas un petit mot ou le moindre souhait en faveur du candidat "de la droite et du centre"...
Voyez-vous, mes chers Compatriotes, je ne serais pas autrement surpris que Pascal Houbron attende tapis dans l'ombre, le résultat du premier tour et que si d'aventure, François Fillon était éliminé, dès 20H01, notre gentil Pascal à tous se déclare en faveur du candidat Macron, si celui-ci est qualifié pour le second tour.
Qui dit Fillon président, dit Françoise Guégot député. Qui dit Macron président, dit...place à prendre ! Toujours "le mandat qui m’intéresse" !
Macron n'a pas beaucoup d'épaisseur, Houbron n'en a aucune. Ils ont tous les deux la même faculté à tenir des discours langue de bois et sont tous deux des hommes de conviction (je plaisante) .
Et puis, entre freluquets, il faut bien se soutenir !

CD

jeudi 20 avril 2017

samedi 15 avril 2017

Nuit de Pâques


En communion de prière avec mes frères Coptes et tous les Chrétiens d'Orient, massacrés et voués à l'exil ou à disparaitre. La valise ou le cercueil...

Pendant ce temps, l'UOIF (l'union des organisations islamiques (istes) de France) tient salon près de Paris sous le regard, bienveillant, de la république.

Manu ad ferum

CD




vendredi 14 avril 2017

Vendredi Saint

Jérôme Bosch - Via Crucis


Plus que les deux larrons pendus à ses côtés ;
Qui hurlaient à la mort ainsi que des chiens maigres.
Les larrons ne hurlaient qu’un hurlement humain ;
Les larrons ne hurlaient qu’un cri de mort humaine ;
Ils ne bavaient aussi que de la bave humaine :

Le Juste seul poussa la clameur éternelle.  

Mais pourquoi ? Qu’est-ce qu’il avait ?

Les larrons ne criaient qu’une clameur humaine,

Car ils ne connaissaient qu’une détresse humaine ;
Ils n’avaient éprouvé qu’une détresse humaine.

Lui seul pouvait crier la clameur surhumaine ;
Lui seul connut alors cette surhumaine détresse.

Aussi les larrons ne poussèrent-ils qu’un cri qui s’éteignit dans la nuit.

Et lui poussa le cri qui retentira toujours, éternellement toujours, le cri qui ne s’éteindra éternellement jamais.
Dans aucune nuit. Dans aucune nuit du temps et de l’éternité.

De la charité / Charles Péguy




Mélancolie


 Lorsque je vois ou écoute Jean Lassalle,  revient à ma mémoire cette phrase de Charles Péguy, tirée de l'Argent :
" Nous avons connu, nous avons touché l'ancienne France et nous l'avons connue intacte.".
CD



dimanche 9 avril 2017

De la macronnerie




Comment se fabriquent, je vous demande, les idoles dont se peuplent tous les rêves des générations d'aujourd'hui ? Comment le plus infime crétin, le canard le plus rebutant, la plus désespérante donzelle, peuvent-ils se muer en dieux ?… déesses ?… recueillir plus d'âmes en un jour que Jésus-Christ en deux mille ans ?… Publicité ! Que demande toute la foule moderne ? Elle demande à se mettre à genoux devant l'or et devant la merde !… Elle a le goût du faux, du bidon, de la farcie connerie, comme aucune foule n'eut jamais dans toutes les pires antiquités… Du coup, on la gave, elle en crève… Et plus nulle, plus insignifiante est l'idole choisie au départ, plus elle a de chances de triompher dans le cœur des foules… mieux la publicité s'accroche à sa nullité, pénètre, entraîne toute l'idolâtrie… 

Louis-Ferdinand Céline